Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Une nouvelle Gauche ?

Publié par pierre sur 12 Septembre 2008, 19:16pm

Catégories : #général

                          
                                     La question se pose avec de plus en plus d’acuité . Mais pourquoi une nouvelle gauche, il y en aurait-il une en cours et procéder comme cette vieille deuxième gauche qui a fini par sombrer à droite en se prétendant nouvelle. Le générique est large et peut laisser la place à plusieurs interprétations de ce qu’est la gauche ou de ce qu’elle devrait être. La gauche auto-proclamée moderne, nous savons ce quelle est, nous l’avons. Il serait préférable de définir de façon plus précise ce que nous voulons afin d’éviter les écueils du passé et les scissions  confidentielles telles que celle du MDC offrant un spectre politique indéchiffrable. Die Linke est un exemple selon certains mais l’Allemagne n’est pas la France et le SPD n’est pas le PS. Exemple et modèle, il y a bien une différence politique entre les deux. Dans d’autres conditions et à une autre époque l’exemple du PSU démontre que le générique de gauche est insuffisant pour construire un Parti de combat s’il n’est pas vertébré par un corps idéologique. Le risque d’une telle démarche pourtant parfaitement justifiée par les conditions actuelles c’est de reproduire un nouveau PS avec les mêmes dérives dans un avenir à moyen terme. Les nouveaux outils sont toujours forgé, du moins jusqu’à présent, sur des positions de gauche et ne tardent pas ensuite à se pervertir dans la collaboration. Les positions de gauche s’effacent devant un « pragmatisme » qui n’est que l’expression de l’opportunisme et des appétits qui le génère. L’anti libéralisme est nécessaire mais très insuffisant pour fonder une organisation sur des bases solides et durables et nous savons ce que deviennent les larges rassemblements « fourre tout » sans réelle perspective de transformation. Il y a au moins un préalable, c’est de répondre à la question : le socialisme est-il dépassé ? sur les plans qui le composent, idéologique, politique et économique et prétendre réinventer c’est se priver des moyens qui existent et refuser les leçons de l’histoire.
                                        A gauche seul le marxisme a permis de constituer des forces   conséquentes durables et conquérantes et c’est leur rupture avec le socialisme qui les a précipitées vers la fin avec le stalinisme le social libéralisme et toute autre forme de collaboration de classe. Ce n’est pas le socialisme qui a échoué, c’est le reniement de ses fondements qui produit la crise politique que nous connaissons à gauche. C’est l’échec des directions et des organisations qui ont cessé de mener la bataille idéologique et parfois par  leur trahison. Le marxisme a constitué de véritables organisations ouvrières internationales avec des partis puissants et structurés qui ont permis l’élévation du niveau de conscience de générations entières et qui a engagé les plus grands mouvements à l’échelle planétaire de toute l’histoire. Il faut souligner et ne pas minorer l’action des anarchistes en Espagne ainsi que dans l’évolution des grandes forces révolutionnaires. Rompre avec le système actuel pour en proposer un autre, cela suppose de connaître la nature de celui à venir car on ne change pas pour une nébuleuse et les peuples ont besoin de certitudes quant à leur avenir.
                                      C’est d’un vrai et authentique Parti Socialiste dont la gauche a besoin, au sens historique et révolutionnaire du terme. Pourquoi prendre autant de précautions dans les différents Appels et Initiatives alors qu’il est plus simple de constituer un Parti Socialiste de classe à côté et face à l’actuel qui n’a plus rien de socialiste et de reprendre l’histoire et la mission qui lui fut assignée, enrichie des expériences nouvelles. Le rejet du corps traditionnel du socialisme a produit l’adhésion à l’idéologie dominante et le social libéralisme comme le rejet du marxisme y a précipité le « hérvéisme », les faisceaux prolétariens et les néos à leurs époques respectives, dominées par le fascisme.
                                Le rapport le plus probable avec Die Linke et d’autres organisations politiques dans de nombreux pays consiste à reconstituer une internationale socialiste qui fut celle des vielles organisations ouvrières, à la lumière de l’expérience acquise ,dans les conditions actuelles. La gauche n’avait pas besoin d’une deuxième , pas plus que de nos jours d’une troisième, elle est à reconstruire avec une perspective, le Socialisme.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents