Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Un salaire de 26 millions d'euros.

Publié par pierre sur 2 Novembre 2008, 18:25pm

Catégories : #général

                        
                                       C'est un des plus gros salaires de PDG en France. Salaire annuel évidemment , connu et déclaré hors avantages divers et ce qui est dérivé et non déclaré. Qu'est-ce qui peut légitimement justifier un tel salaire ? La quantité de travail fourni selon la formule du « travailler plus pour gagner plus » ? Le marché ?  « L'égalité républicaine ? » ou l'équité, formule ancien régime ?
                                      La quantité de travail fourni. Ce critère suppose que ce salaire est accessible à tous ceux qui fournissent la même quantité de travail que le PDG en question. Un maçon , un charpentier, un plâtrier, un couvreur ou un ouvrier de fonderie par exemple dont les métiers sont particulièrement pénibles et usants, en travaillant 18 heures par jour et tous les jours, sans congés et sans repos devraient légitiment gagner au moins autant. Le PDG fournit-il une quantité de force de travail équivalente à celle fournie par 1500  salariés d'une même usine.
                                     Toucher le salaire de 1500 travailleurs ne relève pas de l'égalité républicaine fut-elle bourgeoise mais bien d'un système féodal. Le néo libéralisme et le néo conservatisme ont ceci de particulier, c'est de reconstituer un nouveau féodalisme fondé sur l'argent et de le reproduire par le sang et la filiation. Ils se reproduisent entre eux, les riches.
                                   Si un tel salaire est le produit du « marché », c'est que la notion de « valeur » qui l'induit n'a aucun rapport avec la réalité  et que la part de la valeur ajoutée par le travail est de plus en plus capté par le capital et dans des proportions toujours plus importantes. Il n'y a pas de miracles, ce que perçoivent les uns est au détriment des autres. Le capitalisme s'offre les moyens dans le même temps d'augmenter ses profits et de payer grassement ses valets sur le dos des producteurs. Les travailleurs doivent supporter, non seulement la bourgeoisie, la charge de la dépense publique mais également la caste au service de la classe dominante et selon les cas une part du clergé et des coûts religieux.
                                 Le capitalisme n'est pas divisible entre l'industriel et le financier, le second n'est que le produit  naturel du premier . Les valeurs financières sont le résultat premier de l'exploitation du travail et du vol généralisé sur le salaire du producteur. L'argent ne sort pas de rien et la valeur non plus. Octroyer et toucher un tel salaire est indécent , choquant et provocant alors que dans le même temps des millions de foyers ne peuvent se loger décemment  et des centaines de milliers ne mangent pas à leur faim et ne peuvent se soigner. Ah ! l'action directe, comment la condamner devant de telles conditions honteuses qui ne sont que d'autant de provocations face à la misère qui gagne tous les jours du terrain. Ou sont donc passés Blanqui et Buenaventura Durruti.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents