Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Almudevar.

Publié par pierre sur 14 Novembre 2008, 18:50pm

Catégories : #général

  •         
  •                                    C'est une grosse bourgade agricole à 18 kilomètres au sud de Huesca sur la route de Saragosse. C'est jour de fête avec le départ d'une étape du « Tour des Pyrénées cycliste, Vuelta al Pirineo ». Il y a une grande animation autour et dans le « village départ ». Il est neuf heures ce matin là et nous sommes cordialement invités au « casse-croûte », un gigantesque ragoût d'agneau, spécialité d'Almudevar. Nous avons rencontré quelques minutes avant un vieil instituteur retraité et historien local avec qui nous conversons. Le départ de l'étape est à 13 heures et nous avons le temps. Il est fier de nous dire que la municipalité est du PSOE , massivement élue depuis les premières élections libres après la mort de Franco et qu'il en était ainsi pendant la IIeme République avant un intermède de quarante années de dictature et de raconter.
  •                                    Lors du soulèvement militaire de la canaille fasciste, un quarteron de « caciques » avec quelques phalangistes des alentours et des hommes de main payés, ils ont tenté de prendre le village par les armes. La population mobilisée avec les faibles moyens dont elle disposait, quelques fusils de chasse avec des « postas » (chevrotines ) des fourches et des bâtons, en vient rapidement à bout. Ceux de l'extérieur sont repoussés et quelques hommes sont enfermés dans une cellule derrière la Mairie. Ils sont inculpés de rébellion armée et plus grave il y a quelques morts parmi la population. Ils ont osé tirer sur la foule. Ici en Aragon il y a du courage à revendre et beaucoup de dignité. Malgré leurs crimes ils ne sont pas restés longtemps en prison, nous n'avions pas les moyens techniques d'instruire un procès, ils ont été relâchés sous la surveillance des premiers miliciens du village. Nous participions à l'effort de guerre de notre République, la plus belle de toutes, celle du « Front Populaire », des hommes partaient sur le front avec du ravitaillement et nous avions réquisitionné toutes les armes, les quelques riches en possédaient et nous les avons prises. Almudevar a été organisé pour résister. La CNT était majoritaire mais ici au village c'était l'UGT, des hommes droits et de devoir sans oublier les femmes, ces extraordinaires femmes aragonaises, travailleuses et combattantes. Beaucoup d'entre elles conduisaient les mules chargées de munitions vers le front quand il n'y avait plus d'hommes pour le faire. Elles récupéraient des armes des miliciens tombés et la moindre cartouche était ramassée. Le soir elles rentraient et repartaient parfois la nuit après avoir fait le nécessaire chez elles.
  •                                      Ici les républicains n'ont fusillé personne, ils étaient pourtant en droit de « coller les caciques contre le mur » et tout à fait légalement , comme dans n'importe quel pays démocratique qui est agressé par les armes. En France, vous avez bien fusillé à la libération certains de ceux qui étaient avec l'agresseur nazi. Au moment de l'OAS vous avez bien condamné à mort des généraux factieux et pourtant vous êtes une démocratie. Pourquoi faudrait-il que notre République et notre peuple ne se défende pas avec les pauvres moyens dont nous disposions. Pourquoi notre peuple devrait subir ceux qui contre toute légalité appellent  à écraser la République et à répandre le sang d'espagnols parce qu'ils sont  socialistes, anarchistes ou républicains ou parce qu'ils refusent la domination de l'église catholique. Pour ces « senores » le peuple a toujours tord de se défendre et surtout quand il défend sa liberté au prix du sang de l'oppresseur. Le sang du peuple, lui, il coule tous les jours en Espagne et depuis des siècles.
  •                                        Et les fascistes sont arrivés par camions entiers et notre village affaiblit. Ils ont rassemblé  quelques centaines de personnes et ils ont frappé, frappé et encore frappé, enfermé et torturé et plus d'une centaine ont été fusillés , cela a duré des jours. Les caciques se sont servis en guise de réparation, maisons, terres ,animaux et ils ont exigé des corvées, comme chez vous au moyen-âge. Chez nous le moyen âge a duré plus longtemps, nous en sortons à peine. La République ce fut un rayon de lumière et d'espoir et en 36 le peuple espagnol s'est mis en marche et sa liberté conquise ou sur le point de l'être , écrasée  par l'infamie  dans un bain de sang. Souviens toi « companero » un jour « Nuestros hijos naceran con el puno levantado » (Nos fils naîtrons le poing levé). Hasta otra y cuidate bien !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents