Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Congrès de Reims.

Publié par pierre sur 15 Novembre 2008, 11:33am

Catégories : #parti socialiste

                   
                                   Le socialisme n'est pas la préoccupation majeure, si préoccupation en la matière il y a, lors du congrès du PS. L'épicerie est ouverte et la soupe à la grimace est en bonne position sur les étals avec le marchandage du fond de commerce. Ségolène n'est pas plébiscitée, Hollande le sortant et Delanoé sont au fond, jamais atteint par une direction, de l'histoire du socialisme français et Aubry n'est que sur une position à peine honorable. Tous dans un mouchoir de poche. Ah ! certes le PS est un Parti de débat, mais de quel débat. Le titre est ronflant mais le contenu, c'est autre chose. Quelle est l'importance d'un débat sans contenu, réduit à des enjeux  de pouvoir et pour quoi faire. Deux lignes se sont opposées dans les textes et les discussions, l'une néo libérale défendue par les trois motions de l'aile droite et l'autre de gauche défendue par Benoit Hamon, Filloche, Mélenchon, Dolez, Emmanuelli, Lieneman. La ligne de fracture passe là. Cette même ligne de fracture de la lutte des classes qui selon Jean Poperen passe à l'intérieur du PS. L'aile droite tente de rejoindre les positions d'une social démocratie européenne en déconfiture totale et se met résolument au service du système et ce n'est pas une nouveauté malgré le camouflage derrière un semblant de verbiage de gauche à usage interne à la proximité d'un congrès. Pour qu'un vrai débat  ait une chance d'exister, au moins partiellement Benoit Hamon doit maintenir sa candidature jusqu'au bout. L'aile gauche doit poursuivre sa logique jusqu'à son terme et refuser de fermer la parenthèse du congrès.
                                      Le débat sur les textes, c'est à mourir de rire. Le texte rien que le texte, c'est à mourir sans rire. Fier d'être socialiste pour l'une qui le repoussait il y a quelques semaines encore flanquée d'un Valls qui le rejette en permanence au point de demander le changement du sigle « socialiste ». Le reste ne vaut pas mieux que du socialisme à deux balles payé vingt euros qui par ailleurs ne remet pas en cause les contre réformes scélérates de la droite. La bourgeoisie et le capitalisme peuvent dormir tranquilles et poursuivre leur sale besogne, rien ne s'oppose à sa politique, les mesures « techniques » du PS auront le même effet que dans un passé récent puisqu'il ne remet pas en cause le fond de la politique actuelle, tout au plus la forme et en la matière  ses pratiques permettent d'en douter. Dans un tel contexte , l'aile gauche pour exister dans le temps et asseoir sa nouvelle crédibilité, n'a qu'une issue maintenir un candidat y compris envers et contre tous. Ensuite et seulement ensuite, des conclusions devront être tirées mais pas avant que la bataille ne soit livrée. A l'issue du combat politique, il sera temps de décider.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents