Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


La grande farce du G 20.

Publié par pierre sur 7 Avril 2009, 18:26pm

Catégories : #international

            
                               Une grande réunion des pays les plus riches pour décider que dorénavant ce sera comme auparavant. L'argent dont ils ne disposent pas encore ira vers les milieux  bancaires et financiers et que les réformes qui ont permis et précipité la crise seront poursuivies. Ils vont rajouter du capitalisme au capitalisme et accélérer de fait  le processus d'exploitation, puisqu'il faut bien concrétiser les richesses que l'on va à nouveau transférer vers le capital disponible. On gronde les patrons « abusifs » en matière de rémunération mais pas ceux aux marges abusives et aux profits excessifs. Pour donner le change et l'illusion de prendre des mesures, ils dressent des listes noires et des listes grises de paradis fiscaux. Il paraît évident que s'il y a des listes noires et grises, c'est qu'il y a également des listes blanches « immaculées ».

                    Ces listes élaborées à partir de la bonne ou mauvaise foi de tel ou tel paradis fiscal, qui par ailleurs peuvent à tout moment changer d'adresse , de lieu et de pays et au nom de la libre circulation des capitaux. Rien n'est proposé pour aller chercher les butins du capital détournés, là où ils se cachent. Leurs profits sont nos pertes. Les victimes du systèmes sont condamnées au dépend et invitées à régler la note qui sera collectée par les services des Etats. C'est clair et en plus il faut se retrousser les manches pour relever le monde de la crise dans laquelle quelques uns l'ont plongé. Les coupables ne paieront pas et ne se retrousseront pas les manches, ils vont l'exiger des salariés, puisqu'il faut payer les dettes passées et celles à venir et qui ne sont pas encore comptabilisées. « Le pouvoir d'achat » risque bien  de s'effondrer encore en aggravant davantage le rapport de l'offre et la demande.

                                   Le dollar reste souverain et ressemble de plus en plus aux « assignats » tant il est déconnecté de la réalité qu'est la richesse mondiale réelle et des Etats Unis en particulier. Jamais la différence entre la quantité de monnaie en circulation ou camouflée et la réalité économique n'a été aussi grande et jamais le système bancaire n'a été aussi fragile. Aucune décision n'a été prise sur le fond et une gestion de « cavalerie » a été lancée en espérant une relance du crédit. C'est le chantage des banques, pour prêter il leur faut des « sous » et d'où les tirer ces « sous » si ce n'est du travail et des contribuables dont les Etats sont les collecteurs. Les riches sont protégés, ils disposent de boucliers sur mesure. Il reste les autres et ceux à qui s'applique le nouveau slogan « Travailler plus pour gagner moins ».

                                    Il n'y a rien de nouveau à l'horizon et le G20 a décidé de poursuivre comme avant en accélérant le rythme des contre réformes. L'impérialisme sort renforcé et peut poursuivre ses dégâts avec son papier monnaie et ses « dollars assignats ». La valeur travail n'est pas à l'ordre du jour et les instruments de la spéculation sont toujours en place, prêts à resservir  si toutefois ils avaient cessé. Une fois de plus , ils sont tous la main sur la couture du pantalon devant le chef de l'Amérique venu défendre ses intérêts au détriment de tous les autres.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents