Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


le patrimoine menacé par la logique libérale

Publié par marx sur 10 Février 2007, 11:38am

Catégories : #général

           
  En ces temps de crise sociale, il y a des sujets qui paraissent secondaires, mais qui restent capitaux. Je veux parler de la culture et du patrimoine. La ville de Lyon et un groupe d’entreprises se sont portés candidats à l’acquisition d’un tableau de Nicolas Poussin, "La fuite en Egypte", estimé à dix millions d’euros. Le propriétaire privé qui souhaitait l’exporter pour le vendre aux Etat Unis n’a pu le faire car l’œuvre est classée "Trésor national". Présentant un intérêt majeur pour le patrimoine national, le tableau fait l’objet d’un refus temporaire de sortie du territoire de trente mois dont l’échéance expire le 11 février.
Pour éviter un départ du tableau outre Atlantique, la galerie lyonnaise s’est tourné vers le mécénat. Le musée des Beaux-Arts sera fixé le 11 février. D’ici là, il faut rassembler de 11 à 13 millions d’Euros .
    Cette affaire témoigne du manque de moyens des organismes publics pour préserver le patrimoine. Il pose également un problème de base : la marchandisation de l’art . Est–il acceptable de vendre 10 millions d’euros, une toile ? la valeur culturelle d’un objet doit primer sur la valeur marchande. L’Etat ne devrait-il pas interdire la liberté des prix dans ce domaine ? L’expropriation culturelle pour le bien de tous devrait être envisagée. On ne peut tout conserver sur notre territoire, la France importe également des œuvres d’autres pays, mais nous ne pouvons accepter que des joyaux du patrimoine mondial soient " privatisés ". L’art est un moyen de spéculation comme un autre. Rappelons nous que des tableaux célèbres ne sont plus accessibles au public que par les livres. Rappelons nous que des milliers de tableaux sont enroulés dans les coffres de grandes banques mondiales . Des œuvres d'art, ont été perdues à la suite des attentats commis contre les tours du World Trade Center, le 11 septembre 2001 car ils dormaient dans les sous sols de cet édifice ou étaient exposés dans des galeries de marchands d’arts.. C’est la culture républicaine que l’on souhaite voir disparaître pour voir renaître la culture bourgeoise. Cette ouverture vers le peuple de l’art est récente : 200 ans à peine ! La Révolution a ouvert au public les anciens palais royaux : il y a eu le Louvre, puis au XIXe siècle la Monarchie de Juillet créée le musée de Versailles. Les œuvres ne sont plus propriétés du roi mais de la nation française.
      Le 13 décembre 2006 un communiqué publié par le Monde ( " Les musées ne sont pas à vendre ) dénonce le prêt d’œuvres d’art à Atlanta sur un trait long terme et la décentralisation du Louvre au Qatar ( http://www.latribunedelart.com/Texte_Monde.htm). Ces deux opérations sont inquiétantes car elles témoignent d’une volonté de l’Etat de s’inscrire dans un processus de marchandisation de l’art et non de préservation du patrimoine. Un rapport inquiétant (RAPPORT DE LA COMMISSION SUR L’ÉCONOMIE DE L’IMMATÉRIEL deMaurice Lévy Jean-Pierre Jouyet) remis au ministre de l’Economie, le confirme. les œuvres- d’art ne sont plus que des " biens immatériels ". Le rapport souhaite lever des "tabous" hérités de pratiques, inadaptés au monde d’aujourd’hui. Il faut permettre aux musées français non seulement de "céder le droit d’utilisation de leur nom", mais surtout de "louer et de vendre certaines de leurs œuvres". que les fondements de la culture républicaine en vertu desquels les œuvres du patrimoine public doivent être toujours accessibles au peuple et demeurer inaliénables et échapper aux logiques marchandes.
   Un bien immatériel est une marchandise et rien d’autre . Ce rapport n’a qu’un simple but : le désengagement de l’Etat du domaine culturel. La transformation de certains musées en établissements publics administratifs qui donne une large autonomie de gestion va dans ce sens comme le souligne un excellent article du Monde Diplomatique de ce mois de février.
 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents