Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Toujours la colère à l’hôpital.

Publié par pierre sur 26 Avril 2007, 16:54pm

Catégories : #FRANCE

   Toujours la colère à l’hôpital. Mardi 24 avril après-midi, le personnel du Centre hospitalier a de nouveau manifesté son mécontentement et son ras le bol. Après un rassemblement dans le hall, les salariés se sont rendus en cortège jusqu’à la DDASS. Le dernier CA a repoussé le budget en déséquilibre qui était présenté. Il manque 10 millions d’euros et l’activité de l’établissement est en baisse. Au cours du débat budgétaire le Président, Maire UMP de Tarbes, défendant son budget aurait trouvé des boucs émissaires en la personne de médecins qui ne travailleraient pas suffisamment. IL fallait oser. Travailler plus, mais avec quel personnel ? Retour aux 50 heures ? Suppression des congés déjà pas mal rognés ?Interdire le paiement des heures supplémentaires ? Interdire certaines récupérations ? Mais c’est déjà le cas ! C’est travailler plus pour gagner moins ! C’est le slogan bien compris de son Candidat, Sarkozy , aux élections présidentielles. Ce sont là les conséquences du plan Juppé, de l’application de la « directive services » et du plan de Douste-Blazy. Alors que de 1996 à 2001, il est bon de le répéter car les comparaisons sont souvent intéressantes, la direction de l’époque avait réussi à réduire la dette de 10 points tout en développant l’activité médicale et l’offre de soins. Dans le même temps, 124 recrutements sont prévus dans le cadre de la réduction du temps de travail.

    Le personnel hospitalier est à 37,50 et non pas aux 35 h, on ne peut dont évoquer cet argument. Comme nous l’avons précisé par ailleurs, les tutelles exigent brutalement et sans concertation de réduire immédiatement la dette au taux de 45%( en quatre ans , ce qu’il avait laissé filer en 15 ans et provoqué non moins brutalement). En fait, il est avéré que cela n’était qu’un prétexte contre un Directeur attaché à l’hôpital public à sa mission, à la transparence de la gestion financière et au personnel. Selon sa hiérarchie hospitalière, trop engagé (à gauche), il faisait de la résistance avec la majorité du CA contre le zèle d’une tutelle pressée d’organiser la récession sanitaire. Un procès odieux était instruit pour l’écarter. Le prétexte, c’était la dette.

   Théoriquement, la nouvelle direction avait donc comme mission de la réduire dans les proportions et dans le temps imparti. La charge a été transférée sur le personnel et sur l’activité revue à la baisse, plombant ainsi une part des recettes. Le schémas sanitaire départemental va dans le même temps favoriser le secteur privé (par le redéploiement du système d’urgences entre autre). L a gauche battue à Tarbes et affaiblie au CA allait permettre l’accélération de cette politique de démolition de la santé publique conformément aux choix antérieurs. Malgré les sacrifices des salariés, la dette est repartie à la hausse et les dotations de l’Etat toujours à la baisse.

   La charge est toujours plus lourde sur le personnel et il n’y a plus de limites à un tel processus. C’est une situation générale pour l’ensemble des hôpitaux publics. La crise est grave et témoigne de la mise en place d’une santé à deux vitesses. Une question de plus nous vient à l’esprit, la trésorerie laissée en 2001 était parfaitement saine . Qu’en est il aujourd’hui ? Au fait, travailler plus ! Qui peut assurer que les salaires pourront être versés à terme ? et pendant combien de temps ? A quand un nouvel Audit ? et sincère celui-là. Comment maintenir une mission de santé publique quand on refuse des moyens pour le personnel, en nombre et en qualité afin qu’il puisse à son tour dispenser les soins aux patients. L a mission c’est bien eux, les salariés qui l’assument.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents