Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


La Prime pour l’emploi.

Publié par pierre sur 6 Décembre 2007, 19:47pm

Catégories : #général

Décidément le prix de la force de travail est à la baisse et suit la courbe de la dignité du travailleur. En conséquence, une prime est versée aux salariés les plus pauvres. Cela exonère les employeurs de payer convenablement la force de travail et de verser des salaires décents , que ces salariés soient à temps partiel ou pas. La " charité publique " complète en lieu et place des " patrons ". Pour le travailleur, vivre de son travail, est fondamental, pour lui et les siens, c’est une part importante de sa dignité et de la reconnaissance qui lui est due.

Il est également " singulier " de lier l’exonération des cotisations sociales et de les conditionner à l’augmentation du smic et des salaires. En fait cela revient à lier l’augmentation du salaire direct à la baisse du salaire indirect. Ce n’est qu’un transfert qui donne l’illusion au salarié de toucher davantage mais qui prive de recettes les caisses de retraite et de la sécurité sociale. Rien ne change pour certains et le pire est à venir pour d’autres. On peut rétorquer que l’Etat fait ou fera le complément. Qu’en est il des versements de " l’Etat " dans les conditions passées et présentes et des compléments dont il a pris l’engagement ?

Dans ces deux cas, c’est le contribuable qui verse pour le patronat et cela n’empêche pas ce dernier d’annoncer des délocalisations et de tirer le prix du travail vers le bas. Bientôt le pourboire tiendra lieu de salaire et bien contents de l’avoir, nous rétorquera-t-on. La solidarité moderne se fait entre pauvres, les uns versant pour les autres, les riches en sont exemptés, sauf à faire la charité à leurs miséreux. Les changements ne pourront se faire que dans la douleur. …. "la violence des pauvres n’a d’égal que celle qu’ils ont subi " Jean Jaurès.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents