Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Anti impérialisme nouveau.

Publié par pierre sur 16 Janvier 2008, 15:58pm

Catégories : #international

Hugo Chavez et le peuple vénézuelien n’ont certes pas inventé l’anti impérialisme. Ils ne sont pas les premiers à mener ce combat de libération, dans le sillage de Bolivar , en dehors de l’influence et de la protection d’une puissance étrangère. Le Président Cardenas au Mexique en 1936 et Salvador Allende au Chili, sont à nos yeux d’occidentaux, des figures emblématiques. Ces deux tentatives de révolution démocratiques ont échoué dans des conditions et des époques particulières. Les conditions liées à l’environnement international ont changé et cela malgré les apparences données par les USA. Le Moyen-Orient devient un " bourbier " et l’Impérialisme n’a plus les moyens d’être présent sur tous les terrains de contestation. Il est permis de fonder de bons espoirs sur la poursuite de la Révolution bolivariene au Venezuela. L’influence de Chavez s’étend, y compris dans les milieux intellectuels du Nord et le " bolivarisme " réapparaît en force dans la plupart des pays de l’Amérique latine. Le Président du Venezuela bénéficie incontestablement d’une popularité grandissante dans l’opinion internationale. On pouvait douter de cette évolution il y a quelques mois à peine, tant la " grande presse " internationale organisait un véritable " barrage " médiatique et une désinformation orchestrée par les USA et ses valets.

C’est une politique de décolonisation et d’indépendance économique qui est mise en place. Sur le plan international, c’est une lutte anti impérialiste active qui est menée, même si l’on peut douter de certaines amitiés. A ce propos , les fustigeurs de Chavez sont peu regardants sur les relations actuelles et passées des Etats-Unis et n’ont jamais fait le compte des emprisonnés torturés, garrotés ou fusillés par les régimes abjects dévoués à l’impérialisme américain, soutenus et financés par ces derniers. Les mêmes sont complaisants envers le nouvel ami de Sarkozy, le colonel Khadafi. La valetaille ne balaye jamais devant sa porte, trop occupée à cirer celle du maître.

Le Venezuela est un important producteur de pétrole et un pays riches en ressources, jusque là exploitées plus particulièrement par des groupes US et au détriment de la population et des intérêts légitimes de la nation. L’Etat a repris ses droits et entrepris une politique de redistribution , ce qui ne plaît guère à la grande bourgeoisie du Venezuela liée à l’activité et aux intérêts Nord-américains. Pour asseoir et développer cette politique ,la banque du Venezuela, à la demande de Chavez et de son gouvernement ,engage une action pour une monnaie forte (le bolivar). Ce qui permet de valoriser le pétrole et les matières premières dont le pays dispose (indispensables partout dans le monde et plus particulièrement aux USA) et de se fournir à moindre coût mais également , éventuellement, d’emprunter dans de meilleures conditions afin d’accélérer le développement du pays.

Ce début de XXIeme siècle est riche en enseignements. Dans le même temps , alors que la mondialisation libérale se développe, la contestation s’amplifie. L’empire américain commence à s’effriter et le capitalisme international traditionnel a du mal à financer maintenir et entretenir sa " garde ". Les odeurs putrides du système franchissent les continents au rythme des crises financières qui se profilent.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents