Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Charity business :la mise en concurrence de la misère et de la souffrance

Publié par marx sur 8 Décembre 2009, 00:00am

Catégories : #général

 
 

La polémique à peine achevée, le Téléthon terminé : la conscience de certains est sauve. Pour autant, les problèmes d’individualisation de la société et de perte de  repères se poursuivent.
 Ce ne sont pas    les 30 h du téléhon et  de sa pseudo fraternité annuelle  qui vont changer la donne.
Oui le Téléthon pose un problème de société. Certes, il est très difficile de  le critiquer, sans recevoir en retour  la fronde d’une morale jésuicale.
En effet que dire face à la souffrance !
Mais, le Téléthon est critiquable sur certains points.    Pourquoi telle maladie ou telle autre maladie  n’a pas droit à autant de bienveillance médiatique ?  Pour autant, on ne peut pas nier les effets positifs pour la recherche ! Mais à quel prix pour la société.

Collecter pour le Téléthon coûte 20 fois plus cher que l’impôt tel l’argument que développe  le  blog déchiffrage(1) sur le site du Monde   Tous les arguments y sont donnés de manière limpide, nous n’y reviendrons pas.

Ce n’est pas l’AFM qui est a attaqué dans ces critiques mais le charity business.
Si les  ONG font preuve de transparence   d’autres ont eu une attitude de scandaleuse ( ARC par ex.).
Le charity business perdure dans un système de moins d’Etat et de laisser faire.. les élites sociales pour se donner bonne conscience lancent leur fondation, leur lutte, tout cela en y retirant une honorabilité,mais surtout des avantages fiscaux non négligeables. Des sommes considérables échappent à l’impôt et donc à la collectivité. Le charity business choisit ses causes en délaisse d’autres.
 

Les stars viennent médiatiser une cause, mais sont   parfois les premières à refuser de s’acquitter d’un impôt juste et équitable qui devrait au contraire financer  la recherche publique.  Nombreux sont ceux qui recherchent les paradis fiscaux et après viennent faire pleurer   les chaumières et culpabiliser les plus humbles.
La débauche de la misère  par  les médias fait taire ceux qui pourraient se révolter.  Le message subliminal est clair : il y a plus malheureux que nous.
" La générosité n'augmente pas avec la richesse. Les foyers les plus aisés donnent proportionnellement moins (0,6 % de leur revenu annuel) que la moyenne (0,8 %), et que les contribuables les moins riches (0,85 %). Parmi les donateurs imposables, ceux dont le revenu imposable est inférieur à 39 000 euros représentent 57 % de l'ensemble des donateurs, et ils déclarent 37 % du montant total des dons. A l'inverse, les contribuables des deux plus hautes tranches de revenus fournissent 43 % des donateurs (+ 2 % entre 2006 et 2007) et 63 % des montants des dons déclarés »(2).

Le système capitaliste se donne bonne conscience englué dans la doctrine sociale de l’Eglise. Au XIXe, il y avait le paternalisme bourgeois,le patronage religieux.  le charity business n’est pas la justice sociale, il met en avant toutes les contradictions de notre société. Moins d’état , plus d’injustice dans la répartition de la richesse et dans son orientation.  C'est donc l'initiative privée qui vient supplanter le tout, mais laissant sur le bord du chemin d'autres injustices


 Pour une recherche publique d’envergure européenne.
C'est le rôle des Etats et du financement par l’impôt citoyen  L'aide non gouvernementale doit exister, mais elle ne doit pas remplacer le rôle de l’Etat. Hors l’Etat Libéral n’assume pas son rôle et c’est le serpent qui se mort la queue.

(1)http://dechiffrages.blog.lemonde.fr/2009/11/24/collecter-par-telethon-est-20-fois-plus-cher-que-par-limpot/

(2) Qui donne aux associations ? LEMONDE.FR | 30.11.09
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents