Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Fillon se paie Sarkozy.

Publié par marx sur 25 Novembre 2010, 20:46pm

Catégories : #FRANCE


                          Ce n’est pas d’une importance capitale mais on a soudain oublié que même en dehors du PS , la politique est fondée sur des rapports de force et ils s’expriment partout, y compris à droite. En gardant la mesure, Nicolas Sarkozy vient de l’apprendre à ses dépends. Le président de la République n’a pu que reconduire son premier ministre, ce n’était pas le scénario prévu. Fillon était présenté  par le Président comme son « collaborateur » et il a vertement répliqué que Sarkozy n’était pas son « mentor » et qu’il ne s’agit que d’une alliance ( que ce dernier a bien voulu accepter). Il se pose ainsi au même niveau que son allié et d’égal à égal et repousse d’un revers de manche toute subordination à l’autre, c’est une première dans la cinquième République. Chaque Président a veillé à la « popularité » de son premier ministre, trop nuit à l’image essentielle et au rôle du Président. La fonction a toujours fait office de « fusible » dans les moments difficiles et Fillon n’a pas sauté. Il a clairement affirmé qu’il voulait rester, encore une première et l’a fait savoir a un Président qu’il sait dévalué et au plus bas dans les sondages. Bref, un Président qui a perdu toute crédibilité y compris chez les siens.
                          Fillon a gardé la confiance de la vieille droite traditionnelle  et surtout l’appui des milieux d’affaire afin de poursuivre la politique mise en œuvre. A cette fin il faut de la crédibilité et si le fond est le même, là c’est la forme qui l’emporte. Fillon a « désacralisé » le Président de la République pour le ramener à la dimension de Nicolas Sarkozy. 2012 se rapproche et le sortant risque fort d’être sorti mais il leur faut éviter que la politique menée n’en souffre et Fillon est le nouvel homme de confiance, en attendant.
                      Le Président garde toutefois « la main »  avec la présence d’un fidèle au ministère de l’intérieur alors que les « chiraquiens » arrivent en force. Les rapports de force internes à l’UMP évoluent sous la pression des milieux financiers représentés par l’actuel et toujours premier Ministre. Les affaires actuelles, « Bettencourt » et « Karachi » ne laissent rien augurer de bon au moment où se profilent de grosses difficultés économiques, sociales et les radicalisations qui vont avec. Le grand patronat craint et redoute les grands rendez vous économiques internationaux avec une représentation française non cadrée d’un Nicolas Sarkozy  qui a perdu tout crédit sur le plan  international.
                            Le pouvoir n’est pas serein, comme la classe dominante car plus qu’un changement en 2012, c’est la peur de la pression des éléments de la gauche radicale sur ceux qui éventuellement pourraient revenir aux affaires. Ils ne laissent rien au hasard et préparent l’alternance afin d’éviter toute alternative. Fillon c’est le moyen de conforter un pouvoir qui se doit d’être fort et éventuellement d’être en position de candidat pour les prochaines présidentielles. La bourgeoisie n’aime pas les jeux de hasard en politique et pour éviter les mauvaises surprises, rien de tel que DSK et quelque soit l’élu, la même politique il déroulera. Avec toutefois un avantage pour DSK, comme « sédatif » à gauche et à une parti du mouvement social. N’est il pas le candidat préféré et momentané du Figaro et le plus imperméable aux thèses de gauche.
                           Les scénarios se mettent en place et Sarkozy ne semble pas retenu pour jouer les premiers rôles mais qui dit rapports de force, cela signifie qu’il y en  a aussi en face , de la force. Oh ! certes il ne font pas dans l’artillerie lourde entre eux, en dehors de  Villepin, non c’est dans le traditionnel, la dague c’est plus silencieux et moins médiatique. Et les « centristes » dans tout ça ? Peu importe, qu’ils aillent avec DSK ou avec Sarkozy, ou Fillon, quelle différence , puisqu’ils n’iront qu’avec ceux qui proposent des politiques néo libérales fussent ils étiquetés à gauche. Des forces, il en reste à Nicolas Sarkozy et elles tendent à baisser au fur et à mesure de son impopularité . Dans ces milieux il n’y a pas d’amitiés  politiques, tout est fondé sur les rapports de force et de l’utilité particulière de telle ou telle personne et qui est inutile à des fins personnelles , économiques  et financières n’existe pas. L’intérêt collectif, c’est pour les discours et seulement à usage externe.
                       Les rapports de forces évoluent par nature et selon les intérêts. Rien n’est donc figé. Pour le moment Fillon a marqué son territoire au détriment de Sarkozy. « Cela nous fait une belle jambe ! » me direz vous avec raison, mais puisque les faits existent, pourquoi ne pas en parler, d’autant plus que les médias officiels en tirent  eux, d’autres conclusions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents