Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


histoire malmenée

Publié par marx sur 11 Janvier 2010, 12:58pm

Catégories : #histoire et idées

On s’indigne de la suppression de l’enseignement de l’histoire en Ts, mais on oublie pas mal de chose en route. Les Sciences économiques et sociales font l’objet d’un véritable massacre en règle, ces dernières années. Le latin et le grec sont supprimés dans de nombreux établissements, faute de moyens. Si l’histoire est effectivement malmenée, on s’interroge rarement sur les contenus enseignés.




 En voulant enseigner dans les écoles françaises « le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord », le législateur a souhaité instaurer  une histoire   officielle  pour  légitimer une vision idéologique du monde.
L’Etat a également multiplié les lois mémorielles qui mettent en cause l’autonomie de la Recherche et n’a pas au contraire empêché la poursuite de thèses racistes et révisionnistes. Sarkozy lui même ne cesse de redessiner l’histoire(1)  
La recherche se censure elle-même et empêche l’émergence  de thèses différentes de l’idéologie dominante.
  La non publication du livre de Eric Hobsbawm l’âge des extrêmes, histoire du court xxe siècle a été justifiée par Pierre Nora :
Tous [les éditeurs], bon gré mal gré, sont bien obligés de tenir compte de la conjoncture intellectuelle et idéologique dans laquelle s'inscrit leur production. Or il y a de sérieuses raisons de penser (...) que [ce] livre apparaîtrait dans un environnement intellectuel et historique peu favorable. D'où le manque d'enthousiasme à parier sur ses chances (...). La France ayant été le pays le plus longtemps et le plus profondément stalinisé, la décompression, du même coup, a accentué l'hostilité à tout ce qui, de près ou de loin, peut rappeler cet âge du philosoviétisme ou procommunisme de naguère, y compris le marxisme le plus ouvert. Cet attachement, même distancé, à la cause révolutionnaire, Eric Hobsbawm le cultive certainement comme un point d'orgueil, une fidélité de fierté, une réaction à l'air du temps; mais en France, et en ce moment, il passe mal ." le marxisme n’était pas à la mode , il fallut le soutien du Monde Diplomatique pour que ce livre puisse paraître.

Le moule     CAPES tue le hussard noir
Le CAPES d’histoire n’est pas à l’abris des manipulations idéologiques .  Il est tout d’abord scandaleux par sa composition, car on demande aux candidats de  se pencher sur des thèmes  d’enseignement supérieur qui ne serviront jamais à l’enseigner dans le secondaire. Le CAPES sert souvent quelques Mandarins à faire le point sur un thème précis, occasion d’organiser des colloques et de vendre des livres.  Livres parfois au contenu affligeant et qui « plantent » les candidats mal guidés ! les meilleurs manuels sortent souvent trop tard pour être avalés alors que l’écrit approche rapidement.
 La philosophie néolibérale  transparaît derrière les thèmes proposés.
La démocratie au xxe siècle se voulait une apologie d’une démocratie libérale. Révolte et révolution en Europe aux Amériques a  relancé les thèses de Godechot/ Palmer qui réfutent  la  spécificité de  la Révolution française  et    valorise la  Révolution américaine. L’œuvre de Georges Lefebvre et  Pierre  Broué  est jugée dépassée ! Il ne valait mieux pas les mentionner. Certes Furet était tellement caricatural qu’il était critiqué ou laissé de côté. Mais le Révisionnisme était officiel
Le thème de la guerre au xxe siècle a servi de propagande à la thèse du consentement patriotique des soldats ; on vante  la vigueur du   nationalisme et passe sous silence la brutalité des chaînes de commandement(2).

Des thèses parfois contestables sont adoptées, transformées en vérités officielles et qui ne laissent  plus la place à la critique pour l’étudiant, futur enseignant..

Les programmes officiels sont très contestables
A lire :  Odile Dauphin, Rémy Janneau, Nicole Perron (dir.), l’enseignement de l’histoire-géographie de l’école élémentaire au lycée. Vecteur de propagande ou fondement de l’esprit critique ?(3)



Il ne faut pas oublier également les thèmes religieux qui abondent avec  les  réformes de ces dernières années et à venir dans le secondaire. Sous le couvert de l’angle culturel, la grande mode est d’y adjoindre le fait le religieux que ce soit dans le secondaire ou le supérieur.

 En 6e : Peut on accepter la bible comme une source d’histoire ? Ne devrait-on pas enseigner la vie des chrétiens ? une approche sociale.
Dans le programme  de 2e, la Révolution est balayée au profit de l’enseignement du fait Religieux depuis plusieurs années. Le futur programme de 4e va achever l’histoire sociale , au profit d’une histoire culturelle et religieuse.     Marx et mort le monde ouvrier aussi.
En 3e on occulte la Révolution russe, depuis pas mal d’années.
 Au début des années 90, la pédagogie a évoluée : du savoir savant on évolue vers le savoir faire.
Les livres scolaires deviennent des beaux livres à image où on cherche le contenu des leçons. Comparer des livres plus anciens et des livres actuels : la misère intellectuelle est criante.
Le marché du livre scolaire est un marché bien juteux ; refonte régulière des programmes, nouvelles éditions qui remplacent l’autre :  c’est un coût astronomique pour les collèges. La dotation de l’Etat baisse, on pioche dans les fonds de réserve. Seuls les Conseils généraux riches, peuvent fournir un double jeu de  livres : il y a des inégalités territoriales manifestes.

 Le niveau a été abaissé et le résultat parfois dramatique : tel élève de 3e ne connaît pas la guerre d’Algérie, tel autre ignore Staline : ce n’est pas un fantasme, ni une rumeur, c’est du vécu.. Quant à l’année de Terminale, l’épreuve exigeante de 2 dissertation ou deux commentaires aux choix à traiter en 4h, ce n’est plus qu’un lointain souvenir.



redessiner l’histoire, la minorer est un enjeu majeur pour l’idéologie dominante

  Howard Zinn dans Une histoire populaire des Etats-Unis démontre bien comment l’histoire enseignée est orientée.


Au japon, l’histoire est  purement réécrite : les responsabilités de la guerre sont minorées 70 après encore  . En Espagne on occulte la guerre d’Espagne de manière objective. Au Chili, les programmes scolaires s’arrêtent avant le coup d’Etat.
l’histoire est attaquée durement en France sous le coup de l’Etat des chercheurs, des pédagogues zélés et   des maisons d’Edition ……. L’histoire est pourtant capitale dans la construction du futur citoyen , mais l’Etat veut une éducation utilitaire et non savante. Des bons exécutants pour la machine capitaliste.

 



(1) http://socialistedegauche65.over-blog.com/article-29985294.html
(2) http://histgeo.ac-aix-marseille.fr/a/gat/gat009_reponse.pdf
(3) http://www.monde-diplomatique.fr/2009/08/PINSOLLE/17723

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents