Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Ils tuent les Hôpitaux de Tarbes et Lourdes.

Publié par pierre sur 8 Décembre 2009, 13:19pm

Catégories : #dans le 65


                   Trop d’arguments pour défendre la construction d’un hôpital « commun » Tarbes Lourdes est un signe annonciateur d’un mauvais coup. En fait le seul argument palpable est contenu dans la loi « Bachelot », le reste n’est qu’argutie dans le but de justifier la disparition des deux établissements hospitaliers au nom de la libéralisation de la santé et du rationnement des soins . Nous avons assisté au débat initié par les élus d’opposition au Conseil municipal de Tarbes, notamment par Jean Glavany, député et ancien ministre socialiste.
                  Le Maire et Président du Conseil d’Administration de l’Hôpital de Tarbes est entouré de ses spécialistes, invités pour l’occasion. Un médecin favorable au projet et UMPiste notoire , le représentant de 50 millions de consommateurs qui siège au CA au nom des usagers, (personne désigné) et le très réactionnaire directeur de l’établissement selon les représentants du personnel, qui par ailleurs n’hésite pas à sanctionner des représentantes syndicales usant du libre droit d’expression. Les manifestants présents à l’appel du Comité des usagers des Hôpitaux publics sont présents en nombre pour assister à la séance du Conseil Municipal. Ils sont venus faire montre de leur mécontentement devant un tel projet.
                            Le projet de l’Hôpital de Lanne est défendu, non pas sur le fond mais sur la forme , et quelle forme. Le coût affiché par les défenseurs du projet, serait de 160 millions d’Euros, Jean Glavany donne l’estimation du ministère de la Santé, obtenu de la bouche de Madame Bachelot en personne qui serait de 250 millions d’euros environ. Si l’on prend le prix minimum de référence du lit hospitalier multiplié par le nombre de lits annoncé, le coût est encore supérieur aux 250 millions d’euros. Si le prix est ainsi minoré localement, il y a une raison, c’est que les collectivités locales devront mettre la main à la poche et de plus assumer les coûts d’aménagement et d’accès  d’un terrain isolé ,sur plusieurs kilomètres.
                                 L’hôpital de Tarbes serait trop vieux, alors qu’il vient de fêter ses trente ans et il est difficilement aménageable, notamment pour la mise en place d’un double vitrage et l’isolation devenue insuffisante. Il ne dispose pas de géothermie ni d’équipements modernes en énergies renouvelables. Or Le site de l’Hôpital dispose actuellement de la plus grande réserve foncière de la ville de Tarbes, d’une superficie en terrasse , vraisemblablement la plus vaste de tous les bâtiments construits sur la commune. Le terrain est traversé par un canal (Alaric) et bordé à l’ouest par une rivière, l’Echez. Tous les ingrédients pour justement l’équiper de panneaux solaires, de géothermie et de l’espace en plus. Comment affirmer que l’établissement tarbais serait soudainement devenu vétuste et mal adapté alors que viennent d’être inaugurés 14 blocs opératoires et que le budget prévois la réfection du Hall d’entrée.
                          Le matériel technique de pointe ne pourrait être installé que dans un établissement neuf, il faudrait alors démolir tous les CHU ou du moins la plupart et les reconstruire pour pouvoir les équiper du matériel dont ils disposent déjà. Ils sont pour la plupart beaucoup plus vieux et moins bien adaptés que l’Hôpital de Tarbes. Le tout bien sur pour pouvoir accueillir de nouveaux médecins performants. C’est donc que les médecins actuels ne le sont pas performants. Que le font ils pas, d’équiper l’établissements existant avec autant de moyens à leur disposition. Quelques millions suffiraient pour régler tous ces problèmes. Plus c’est gros et plus ça passe semblent penser ces messieurs.
                           Après la carotte de millions d’investissements promis, il y a le bâton . Si ce projet n’aboutit pas, c’est la disparition des deux Hôpitaux de Tarbes et Lourdes au profit de celui de Pau distant de 40 kilomètres. Si l’on veut conserver un Hôpital sur le département il faut obligatoirement construire celui de Lanne. Curieusement Pau fait soudain parti du territoire de Santé pour la circonstance. Oui mais voilà que Lourdes a tous les défauts, alors que 12 millions d’euros viennent d’y être investis. Que ne l’avait on découvert avant, quelques mois avant. Il y est difficile de stationner et ce n’est pas nouveau mais il suffit de quelques centaines de milliers d’euros pour y remédier en quelques mois pour être large.
                                   Avec ces 250 millions d’euros prévus ont peut réaliser deux établissements de très très très haut niveau à faire pâlir les CHU actuels et avec tout le personnel nécessaire et non pas un seul Hôpital de province .
                                Les effectifs de salariés baissent dramatiquement  et bien avec ce nouvel établissement ils seront encore moins nombreux. Ils annoncent 180 suppression de postes, en fait, il y aura moins de services, moins de médecins, moins d’offre de soins et au final c’est plus de 300 emplois qui sont menacés directement, compte fait service par service.
                             Le « pompon » c’est pour la fin. Lors d’une de ces réunions pour convaincre, un zélé pour la circonstance expliquait que les 180 postes supprimés étaient occupés par des « fainéants » recrutés par l’ancien Maire communiste de Tarbes et ancien Président du CA, des embauches de complaisance en somme . Misère des arguments et misérable argumentation , avec d’autres perles dans le genre qui illustrent parfaitement une forme de mentalité. Quel cynisme, alors même que ce nouvel établissement est largement contesté, au stade d’avant projet, l’Hôpital de Lourdes est démantelé afin de créer une situation de non retour.
                              Nous avons écouté et rien n’est venu de sérieux face a l’argumentation de Jean Glavany . Moralité politique « quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage » C’est l’Hôpital public qui est en cause, pour le plus grand profit des cliniques privées. La santé n’est elle pas devenue une marchandise et de plus ils prennent les patients pour des …. La mobilisation populaire s’invite toujours en plus grand nombre.
                           

Commenter cet article

marx 09/12/2009 11:02


il semblent que vous ne possédiez pas toutes les infos
le bloc opératoire à tarbes est tout neuf le'irm est récent les urgences sont neuves
et en plus le centre de transfusion sanguine est installé
3 site cela n'a pas de sens et c'est ce que laisse croire certains.


lg 08/12/2009 19:40



Bien vu, c'est vrai qu'on ne parle pas assez de la réserve foncière de l'hôpital de Tarbes. Le potentiel de développement sur le site doit être considéré plus sérieusement.


Cependant il ne faut pas rejeter l’idée d’un nouvel hôpital sans considérer ce que l’on peut faire sur l’ensemble des trois sites. La démographie départementale amène la question de nouveaux
centre de retraite avec niveau de médicalisation adapté. L’idée d’un nouvel espace moderne spécialisé dans la chirurgie et les urgences ne me déplait pas. Bien sûr j’ai des doutes en ce qui
concerne les capacités d’une ou deux autres structures PUBLIQUES (Tarbes et Lourdes) à se développer dans cet environnement.


Voila pourquoi il est important de considérer l’ensemble des sites. Les bâtiments des hôpitaux actuels peuvent sous certaines conditions être valorisés, mais s’il s’agit de les brader à des
investisseurs privés.. Alors Colère!



sports dissertation 08/12/2009 14:57


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
__________________

sports dissertation


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents