Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


José Luis Reagan ou Ronald Rodríguez Zapatero

Publié par marx sur 6 Décembre 2010, 08:36am

Catégories : #social


En 1981,  l’élection de Reagan va bouleverser la démocratie sociale américaine. Dès sa déclaration d’investiture, il donne le tempo à un vaste programme de démolition sociale : «L 'État n'est pas la solution à nos problèmes... L'État est le problème ».
    le 3 août 1981,   l’organisation des contrôleurs aériens professionnels (PATCO) lance un mouvement de    grève  pour demander une amélioration salariale et des conditions de travail et une campagne d’embauche.
Reagan va agir avec la plus grande brutalité licenciement massif, interdiction d’accès aux emplois fédéraux. Poursuites judiciaires et arrestations de quelques meneurs.

Face à la crise actuelle, c’est un socialiste qui emploie actuellement les mêmes menaces.
L’Espagne  veut  calmer les marchés, quitte à se couper des syndicats.

Le Gouvernement a annoncé  la privatisation de jusqu'à 49% d'Aena, l'organisme de gestion des 47 principaux aéroports espagnols, et jusqu'à 30% de la société publique de loterie. Une hausse de certaines taxes mais surtout  le non-renouvellement à partir de février de l'allocation de 426 euros pour les chômeurs de longue durée.  Plus grave, des socialistes envisagent de repousser l'âge du départ à la retraite  de 65 à 67 ans.

Face à l’annonce de la privatisation partielle d’Aena, les aiguilleurs du ciel se sont mis en grève vendredi. La réponse du gouvernement a été d’une rare brutalité ; menace de décréter l’Etat d’urgence. Le mouvement a avorté et les socialistes vont démanteler les services publics.
Zapatero fait du Reagan et ce qui a de grave, c’est qu’il est socialiste

Commenter cet article

marx 07/12/2010 21:22



si on  a pas le choix c'est la dictature !


on a toujours le choix dans la vie seul le rapport de force compte !


ça s'appelle la lutte des classes : un gros mot depuis quelques années !


On dit même depuis les greves qu'elle est de retour ? sauf, qu'elle n'a jamais disparu puisque les patrons cassent tout


oui on a le choix ; en 19 pour les 8 h en 36 congés payés, convention collective, 40 h


en 45 nationalisation sécu !


et en 1789 on a eu le choix !!!!!!!!!!!



Barbès 07/12/2010 19:16



Zapatero peut faire le politique qu'il veut mais alors qu'il ne se prétende pas socialiste puisqu'il pratique le néo libéralisme et sert les intérêts du capitalisme international. Il y eut en
Espagne des conditions similaires, en 1934, c'est à la suite de la "grande crise". La droite gagne les élections avec la CEDA de Gil Robles et elle applique une politique de rigueur . Les
salaires baissent et les prix flambent. La droite rassure les investisseurs étrangers. Les mineurs des Asturies se mettent en Grève à l'appel de la CNT et de l'UGT de Largo Caballero, le
mouvement tourne à l'insurrection populaire. Gil Robles et la droite font appel au Général Franco pour matter les ouvriers. Il y a des milliers de morts et des villages bombardés, des dizaines de
milliers d'ouvriers, de syndicalistes et des militants emprisonnés. Largo Caballero, dirigeant de l'UGT et du PSOE est emprisonné.  On a toujours le choix et le choix du camp. Le problème
c'est que Zapatero est plus proche de Gil Robles que de Largo Caballero ou de Pablo Iglesias, fondateur du PSOE et de l'UGT. La comparaison faite par l'article est tout à fait pretinente. Il ne
faut être un grand observateur politique pour se rendre compte que Zapatero n'est pas plus socialiste que Gil Robles ou que Reagan.


    Le Frente Popular gagne les élections de 36 et fait un choix, il libère les prisonniers et dédommage les familles. Là est le camp des socialistes pas dans celui de l'ennemie de
classe. Socialiste c'est un choix de classe, sinon c'est de la merde en tube. Gil Robles le démocrate chrétien a fait le choix de sa classe et il même présent au congrès nazi de Nuremberg et se
rangera du coté franquiste. Tu parles d'un démocrate. Zapatero est dans le sillage de la démocratie chrétienne.



Seb Bastien 07/12/2010 18:29



Et manière plus large, le socialisme se libéralise assez dangeureusement. Le risque, c'est de créer une sorte d'idéologie unique, si ce n'est pas déjà fait.


Je pense que l'Espagne, en tout cas ses dirigeants n'ont pas le choix, pour appliquer la rigueur. D'ou l'interet que ce soit le peuple qui gueule. Les dirigeants sont muselés, et tenus en laisse
pas les marchés. Les politiques, face aux manes financières sont bien impuissants.



Seb Bastien 07/12/2010 18:26



Je ne pense pas que Zapatero soit dans le tort. L'Espagne a une économie gravement malade. Bloquer l'espace aérien pourrait la faire suffoquer, encore plus.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents