Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


La délation est une constante de l’autoritarisme.

Publié par pierre sur 9 Octobre 2009, 18:52pm

Catégories : #général

 Dénoncer un sans papier, ce n’est pas une nouveauté. Il faut dater cette pratique pendant la dernière guerre, en zone occupée ou libre, sous Pétain la chose était courante. En zone occupée, toute personne qui protège un juif risque sa vie. Dans les deux zones, la délation est encouragée et celui qui dénonce un républicain espagnol reçoit une plaquette de chocolat en récompense . Il en est de même pour ceux des brigades internationales et les anti fascistes allemands. Sans certificat de circuler en zone libre on est appréhendé et enfermé, le plus souvent livré à Hitler et Franco. C’est le retour au pays, il n’y a rien de nouveau à l’horizon. Toutes les dictatures utilisent la même méthode. Le néolibéralisme la fait sienne. C’est l’époque des hommes en noir, chapeau sur la tête, qui demandent : »papiers svp » ou des fonctionnaires de police zélés, supplétifs de la Gestapo. Les antifascistes allemands étaient automatiquement livrés et assassinés, les espagnols renvoyés en train jusqu’à Barcelone et souvent fusillés sur le quai de la gare, comme le fut le Président de la « generalitat » et pour une plaquette de chocolat. Or personne ne sait et c’est la dernière préoccupation du gouvernement, sur le sort qu’attend dans leurs pays certains « sans papiers ». Certificat de circulation, laisser passer, carte d’identité, carte de rationnement, certificat de domicile, ceux qui n’avaient rien de tout cela risquaient leur vie et de nos jours la risquent encore. Il faut ajouter , les conditions toujours aussi misérables. Le racisme anti pauvre est toujours présent et celui qui n’a plus de patrie, l’apatride n’est rien. Les bien pensants ne lui accordent aucune humanité, relégués hors de l’échelle sociale. Ces mêmes bien pensants pétainistes en 40 et gaullistes en 45, affichaient un profond mépris pour ces « métèques » pourtant résistants de la première heure, juifs, brigadistes et espagnols rouges. Ils aiment l’autorité, les bien pensants et la dictature les conforte dans leur lâcheté et fait de leur ignominie, patriotisme. La dictature flatte le salaud et lui donne la contenance du sauveur et le place au dessus de tous. Le « bon français » celui de « la race espagnole » le « germain grand et supérieur » « l’italien de l’empire de Rome » et toutes ces conneries que gobent les plus cons d’entre les cons. Il croit être un « bon français » celui qui se livre à la délation, comme peut l’être un rat et chaque pays a son cheptel de rats, fous de l’ordre. Ils se croient supérieurs sans même avoir l’intelligence du rongeur. L’autoritarisme commence toujours par les plus faibles, les isolés, les plus pauvres, pour ensuite s’étendre. Sa réussite conditionne son évolution vers plus de fermeté et c’est ensuite toute la classe ouvrière qui le subit. Corvéables à merci, dans les champs , les ateliers clandestins et sur les chantiers, la bourgeoisie les exploite à plus d’un titre, pour ses profits et à des fins politiques et idéologiques en les opposant au reste de la population. Les vrais parasites ne sont pas les sans papiers mais bien ceux qui les exploitent. Ne les entendez vous pas hurler , ces petits bourgeois qui refusent de voir l’étendue de la misère et la violence de classe subie par les plus pauvres. Ils ne dénoncent jamais le vrai agresseur mais toujours la victime et ils inversent les rôles . Grandes gueules les petits bourgeois mais bassement soumis à l’ordre établi et aux puissants qui les dévorent. Ils aiment l’autorité qui croient ils les protège des pauvres, des « partageux » et de ceux qui veulent leur prendre le pain de la bouche, prendre leurs filles, leur sécu, pour laquelle ils ne sont pour rien, pire, qu’ils ont combattue au même titre que le reste. La délation et l’autoritarisme, qui vient en premier, quand l’un s’annonce l’autre suit.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents