Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


La société civile et la politique

Publié par marx sur 25 Avril 2010, 21:00pm

Catégories : #FRANCE


A chaque élection, les listes politiques mettent en avant   des membres de la société civile. Untel est sportif, un autre membre d’une association, chef d’entreprise etc etc….
Formule à la mode, la société civile témoigne d’une défiance du citoyen sur les politiques et de la seule réponse portée par la classe politique pour y remédier. L’acteur de la société civile est une sorte de vitrine alléchante visant à attirer certains électeurs au détriment du fond politique sur lequel un parti devrait nécessairement convaincre les citoyens.
  A droite, la société civile est issue généralement des milieux économiques, les gestionnaires qui  ne cessent de fustiger l’action publique et en discréditer l’efficacité. Parfois, il s’agit de personnalités sans aucune envergure montées médiatiquement. Ils sont de fait habilités à donner leur avis au nom de la société qu’ils incarnent.
  Ils ne  cessent de mettre en avant la liberté individuelle contre l’action publique. Ayant un avis sur tout, ils sont  en fait le relais des possédants et non l’expression de la société…

  Les personnalités de la société civile de gauche viennent généralement du tissu associatif caritatif. Il n’est pas question ici de critiquer l’action de ce secteur qui tente de combler les lacunes de l’intervention publique face aux inégalités engendrées par le   système capitaliste. Les associations et ONG se sont substituées à l’autorité  publique.   Est-il normal de laisser le gestion des problèmes des inégalités à des structures non institutionnelles? L’action publique ne devrait elle pas au contraire refléter l’intérêt général ? Face au phénomène de la pauvreté, ne revient-il pas dans un premier temps aux pouvoirs publics d’y remédier par une politique de correction   puis de s’attaquer à plus long terme  aux racines du mal ?
 La place de la société civile 
à gauche  suggère plusieurs réflexions : le parti sa structure et  militante  ne  seraient qu’une vieille machine coupée des réalités de la société ; la société civile est donc plus apte que les militants sclérosés.
La volonté d’engagement politique passe par l’affichage de ses couleurs politiques, l’étiquette société civile est un passe passe bien pratique parfois pour rebondir sur ses pattes tout en bénéficiant   de soutien d’un parti. On s’engage sans trop se compromettre, c’est finalement bien pratique pour assouvir parfois ses ambitions. L'engagement associatif est parfois hélas le point de départ calculé pour une carrière politique.
Bernard Kouchner, compagnon de route du PS mais jamais socialiste encarté, ancien médecin célèbre pour son action dans les ONG, il est actuellement sans aucun scrupule ministre d’un gouvernement de droite

Et pour conclure, puisque la société civile est devenue une mode, pourquoi ne pas aussi valoriser la société militaire ?

Plus sérieusement, la société civile illustre clairement le processus de dépolitisation de la société gangrenée par l'idéologie dominante actuelle, le néolibéralisme. Non seulement, elle n'est pas un remède au retour du citoyen vers la politique, elle ne fait qu’accréditer que même la classe politique admet aussi que la politique n'est plus capable de représenter la société.

Nous payons hélas le rétrécissement de la base militante, Nous payons également les logiques qu’une partie de la gauche a suivie depuis 1983.
L’action politique est en crise et ce n’est pas la société civile qui va la sauver.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents