Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Le Conseil européen entend constitutionnaliser la régression sociale

Publié par sur 21 Décembre 2010, 19:08pm

Catégories : #ailleurs sur le net

de Jacques Généreux

http://jacquesgenereux.fr/

 

Le dernier sommet européen confirme sans surprise la stratégie insensée poursuivie par les gouvernements de la zone euro, depuis le déclenchement des attaques spéculatives contre la dette grecque. Au lieu de protéger la zone euro et les peuples européens contre les méfaits de la spéculation, ces gouvernements entendent préserver le pouvoir des marchés financiers pour forcer les États récalcitrants à faire converger leurs politiques vers la régression des services publics et des droits sociaux.  Au lieu de stopper net la spéculation, en reprenant le contrôle des mouvements de capitaux, l’Union européenne, associée au FMI, instrumentalise la pression des spéculateurs pour forcer les États en difficulté à s’engager dans une cure d’austérité et faire payer au salariés la crise nourrie par la libéralisation financière. Le mécanisme temporaire imaginé pour le sauvetage de la Grèce, visait uniquement à sauver les banques, en faisant payer le prix fort au peuple Grec, en soumettant le gouvernement grec à la tutelle de la Commission et du FMI. Pour mieux rassurer les marchés, l’UE s’est ensuite engagée dans un vaste plan de rigueur coordonné.

 

Le dernier sommet européen a décidé d’inscrire dans les traités cette manière de gérer les crises financières, en transformant une option temporaire en mécanisme permanent, en renforçant la surveillance préalable des politiques nationales et les sanctions infligées aux États qui s’écarteraient du dogme. Il s’agit d’ôter aux politiques économiques nationales le seul espace de souveraineté jusqu’ici préservé - celui de la politique budgétaire -, en sorte qu’ils ne disposent plus que du dumping social et fiscal pour affronter la libre concurrence et « séduire » les investisseurs. C'est là une façon de constitutionnaliser la régression sociale.

Ainsi, l’Europe est en train de subir le sort que le FMI a réservé aux pays pauvres à la suite de la crise de la dette des années 1980 : les fameux « plans d’ajustements structurels », grâce auxquels les riches du Nord ont imposé leur modèle aux pauvres du Sud.  Avec cette différence redoutable que les européens ne sont pas victimes d’une domination étrangère, mais d’un asservissement imposé par leurs propres gouvernements.

 

Cette politique n’est pas soutenable. En imposant la rigueur généralisée à des pays déjà touchés par le ralentissement de l’activité et la montée du chômage, elle prépare une récession générale et durable en Europe, qui ne fera qu’aggraver le déséquilibre des finances publiques et le risque de défaut sur les dettes souveraines. Elle prépare donc seulement une crise encore plus grave, dont on ne pourra pas davantage sortir par une nouvelle saignée des dépenses sociales, des salaires et des biens publics. La tolérance des peuples à cette rigueur suicidaire a une limite. Les spéculateurs le savent bien d’ailleurs, et c’est pourquoi de nouvelles attaques spéculatives contre la dette publique se répèteront indéfiniment tant que les États ne fermeront pas le terrain de jeu de la spéculation.

 

Une autre politique est possible et deviendra de toute façon bientôt inévitable. A titre de mesure d’urgence minimale, le conseil européen aurait pu envisager d’interdire l’usage des instruments de spéculation contre les titres de la dette publique (vente à terme et à nu, achat de CDS par des investisseurs ne détenant pas d’obligations). Mais au-delà, la solution durable à la crise de la dette passe par les mesures suivantes :

- restructuration de la dette existante ;

- renationalisation du financement de la dette publique, en réservant les émissions de titres publics aux seuls investisseurs résidents de l’UE ;

- contrôle public des mouvements de capitaux avec les États non-membres de l’UE ;

- pourcentage minimum de détention d’obligations publiques à l’actif des banques et des fonds d’investissements ;

- intervention de banques publiques et de la Banque centrale européenne pour participer directement au financement des besoins publics ;

- suppression de la dépense fiscale qui grève les déficits publics et développement des ressources fiscales prélevées sur les hauts revenus, les revenus du capital et les transactions financières ;

- lutte contre le surendettement privé par la revalorisation des salaires et l’encadrement réglementaire du crédit à la consommation.

En sus des mesures propres à assurer un financement sécurisé, durable et équilibré des biens publics, la zone euro n’est soutenable à terme que si elle engage une stratégie de convergence progressiste des politiques économiques et sociales, à l’opposé de la stratégie actuelle de convergence régressive.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents