Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Mode de production et économie de marché.

Publié par pierre sur 4 Juillet 2010, 20:08pm

Catégories : #général


                            Pour quoi donc , certains s’évertuent à  vouloir dissocier le mode de production et l’économie de marché, comme si celle ci ne conditionnait pas le mode de production et inversement. Les capitalistes parlent clairement de l’adaptabilité de la production aux marchés et rarement l’inverse. Or c’est là un couple inséparable et intiment liés. Si le capitalisme est déterminé par les rapports de production, il n’est pas le seul facteur déterminant. C’est le profit qui détermine et le marché et la manière de produire. Dans ce système, le marché n’est pas le moyen comme l’affirment les capitalistes, de satisfaire les besoins. Ces derniers ne sont satisfait que si il y a profit. Le profit c’est le moteur qui conditionne le marché actuel. Il en a toujours été ainsi depuis l’exploitation de l’homme par l’homme et de la femme. Depuis la première division du travail, ces rapports ont certes évolué. L’économie vivrière a disparu et l’échelle  d’exploitation du salariat également . Plus rien n’échappe au marché et tout est marchandise. La logique marchande n’a pourtant pas atteint ses limites et le corps humain se vend même en pièces détachées. Le mode de production, isolé, ne signifie rien. Pour que soient réalisées les plus values, il faut vente, donc passage obligé par l’économie de marché. C’est un tout , mode de production et économie de marché, puisque cette économie est dans le cadre du mode de production par laquelle se constituent la plus value sur le produit fini et vendu. Pour fabriquer une chaise, l’abattage de l’arbre procure une plus value, son transport, sa transformation, la fabrication, la publicité, l’exposition, la commercialisation, chacun prend sa part de plus value, au fur et à mesure des échanges.
                             L’économie de marché, c’est la concurrence de tous contre tous et les plus faibles succombent. Comme pour l’industrie, adaptée au marché et aux profits, le commerce se concentre dans la même logique de profit, l’agriculture également. Ce sont les conséquences du marché capitaliste. Marché et mode de production, c'est en fait la même économie, l’économie capitaliste. Comment réaliser des plus values sans marché ? Le marché ce n’est pas non plus une nébuleuse et il est de plus en plus dominé par des puissances de l’argent et des monopoles. « Quand vous avez compris que le gros mange le petit, vous avez compris le Capital »…. Gabriel Deville, comment sans le marché ?
                                Il y a souvent confusion entre la fonction d’échange et le marché, même si celui ci le permet, il n’est pas déterminé par les besoins mais par le profit. Or , la fonction d’échange dans un système socialiste, est fondée sur les besoins et non pas sur les profits. Le marché n’est pas extérieur au système capitaliste, il est son instrument naturel et le prolongement du mode de production. Les deux ont évolué dans le cadre d’un même processus, celui du développement du capitalisme. De nos jours, l’éducation, la santé, de la naissance à la mort, tout est marchandise au même titre que la force de travail du producteur et on peut ajouter, du concepteur, du transporteur et du vendeur et de tous ceux qui participent, jusqu’à l’échange final contre des billets de banque. Et même cette dernière, par le crédit l’emprunt et les remboursements d’intérêts et tout au long de la chaîne jusqu’à la vente finale du produit fini, et ensuite si il a été acheté à crédit. L’économie de marché permet en plus de créer des activités parasitaires . Des camions , des avions et d’énormes cargos qui sillonnent le monde et une immense énergie engloutie, des marchandises qui font le tour de la planète, c’est le marché. Aménagement du territoire, foutaise en système capitaliste, c’est en fonction des intérêts que fonde le marché. D’ailleurs plus on en parle et plus le territoire des pays industrialisés est déménagé. La classe dominante dirige et les Etats instrument de cette même classe exécutent.
                                    Mais pourquoi vouloir dissocier le système de son marché ou de son mode d’échange ? Pour ne pas le remettre en cause ? Le marché n’est pas neutre, il est à la fois fin et moyen pour le capitalisme et là où il y a plus value, il y a capitalisme. Le marché n’est pas en dehors du système, comme une fonction sanctuarisée. Un ami me faisait remarquer que le marché disparaissait en tant que fonction d’échange, dans sa dimension humaine, de proximité, et oui mais c’est la faute au marché et ce que l’on désigne comme étant l’économie de marché, qui n’est en fait que le capitalisme. L’économie de marché de demain , c’est la fin du marché d’hier. Tel est le processus.
                                     Jusqu’à la moitié du XX ième siècle, la petite bourgeoisie se croyait intouchable avec sa propriété (petite) et ce n’est pas parce que l’on se croit gros qu’on l’est réellement. Elle ne voulait surtout pas se mêler au prolétariat, ni participer aux mêmes combats face au capitalisme. Sa prospérité reposait sur sa propriété et sur le marché, ou les marchés. Elle est en voie de disparition et ceux qui restent se trouvent en grande difficulté, grâce ou à cause du sacro saint marché. La proximité s’éloigne et les crises se répètent. L’économie de marché n’est tout simplement que ce que l’on constate au quotidien et de pire en pire.
                                      Suffit il de socialiser les grands moyens de production pour supprimer la concurrence de tous contre tous, sans abattre les grands monopoles de l'argent?  On retrouve dans les vieux programmes socialistes, la nécessaire socialisations des grands moyens de production et d’Echange, des banques et en priorité celles qui étaient désignées comme banques d’investissement (programme proposé par la SFIO au sein du CNR) . Ce qui en somme n’est pas si vieux. L’économie de marché, c’est bien l’économie du marché capitaliste, il n’y en pas d’autre en activité et en vigueur qu’on ne subisse au quotidien.
                             

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents