Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Victor Jara a enfin un hommage national !

Publié par marx sur 7 Décembre 2009, 05:58am

Catégories : #international


Entre mémoire douloureuse de la dictature du général Pinochet et nostalgie des chansons rebelles de leur jeunesse, des milliers de Chiliens ont accompagné samedi le chanteur Victor Jara à sa dernière demeure, 36 ans après son exécution dans la foulée du coup d'Etat de 1973.

"Victor vit dans le coeur de son peuple", "Camarade Vicor présent ! Justice et vérité !" - ces banderoles et slogans scandés ont rythmé le cortège funéraire d'environ 3.000 personnes au début, bien davantage sur le parcours à travers le centre de Santiago.

Mer d'oeillets, de drapeaux rouges, chansons engagées et airs qui rendirent Victor Jara célèbre à travers l'Amérique latine, comme "Te recuerdo Amanda": les obsèques solennelles du chanteur qui s'est toujours déclaré communiste, ont rassemblé le monde des arts, de la politique, de la gauche, mais aussi des Chiliens ordinaires.

Cet enterrement était l'aboutissement de trois jours d'hommages au chanteur populaire exécuté à l'âge de 40 ans, au cours desquels plusieurs appels ont été lancés à poursuivre la quête de justice pour les 3.100 morts ou disparus de la dictature militaire (1973-90). Appels teintés d'inquiétude à huit jours d'élections où les formations de centre gauche pourraient perdre le pouvoir pour la première fois depuis le retour du Chili à la démocratie.

Pendant quatre heures, le cortège a traversé le centre-ville derrière le cercueil de Victor Jara, suivi de sa veuve britannique Joan Turner et de leurs deux filles Manuela et Amanda. (source AFP)






Victor Jara, le chanteur communiste a connu  la mort la plus horrible qui puisse exister. L’auteur de la chanson te recuerdo Amanda est massacré dans le stade national en 1973 :

" On amena Victor et on lui ordonna de mettre les mains sur la table. Dans

celles de l’officier, une hache apparut. D’un coup sec il coupa les doigts de

la main gauche, puis d’un autre coup, ceux de la main droite. On entendit

les doigts tomber sur le sol en bois. Le corps de Victor s’écroula

lourdement.

On entendit le hurlement collectif de 6 000 détenus. L’officier se précipita

sur le corps du chanteur-guitariste en criant : " Chante maintenant pour ta

putain de mère ", et il continua à le rouer de coups. Tout d’un coup Victor

essaya péniblement de se lever et comme un somnambule, se dirigea vers

les gradins, ses pas mal assurés, et l’on entendit sa voix qui nous

interpellait : " On va faire plaisir au commandant. " Levant ses mains

dégoulinantes de sang, d’une voix angoissée, il commença à chanter

l’hymne de l’Unité populaire, que tout le monde reprit en chour. C’en était trop

pour les militaires ; on tira une rafale et Victor se plia en avant. D’autres

rafales se firent entendre, destinées celles-là à ceux qui avaient chanté avec

Victor.

Il y eut un véritable écroulement de corps, tombant criblés de balles. Les

cris des blessés étaient épouvantables. Mais Victor ne les entendait pas.

Il
était mort. "

Ce témoignage  de l’auteur Miguel Cabezas  a été publié dans le journal l'Humanité.

Commenter cet article

francisco65 09/12/2009 00:57


Merci pour ce petit rappel historique! Cela m'a inspiré un petit article dans mon blog qui démarre! Bonnes luttes!


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents