Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


PS, Baudis et FN.

Publié par pierre sur 27 Avril 2008, 17:39pm

Catégories : #parti socialiste

                          
                             La nouvelle déclaration de principes du PS votée en silence la main sur le cœur, débride enfin ceux qui aspirent au grand large et à l’aventure, en se passant de « prudes » principes. Le « fourre tout » indispensable bagage des aventuriers  à la recherche de l’Eldorado électoral des palais de la République. Ne faut-il pas pour cela caresser la « bête » dans le sens du poil. Les « principes » sont réadaptés en fonction de la tendance voulue et recherchée. Otez donc ce carcan que je ne saurais respecter et peu importe les moyens. Puisqu’il faut adapter la théorie à la pratique, nous allons changer la théorie.
                           Justement cette pratique est à géométrie variable et parfois elle s’accommode mal de règles. Ce fut le cas en 1986, en Midi-pyrénées à la suite des élections régionales . La liste socialiste de la Haute-garonne connaît un revers face à la liste de droite conduite par Dominique Baudis. La droite et en position de « prendre » la région, avec en plus des élus du FN et quelques PRG en bascule selon l’offre la « plus disante ».
                          Les supputations et les calculs vont bon train entre socialistes et selon les affinités internes. Il en est un qui pense et qui le dit en se proposant d’être le candidat de la gauche et qu’il est à l’évidence celui qui à le plus de chances d’être le rassembleur au delà de son camp et de drainer des voix de droite sur son nom. C’est à l’époque  ou un éminent « rocardien », venu de lointains horizons  et tardivement vers le socialisme et qui présidait aux destinées d’un département traditionnellement de gauche  dans lequel le bonheur est dans le prés. Afin d’arrêter une stratégie le groupe est réuni alors que quelques rumeurs allaient bon train.
                          Devant quelques dirigeants fédéraux de la Haute-Garonne, le voile était levé et les rumeurs avérées par la question posée à l’ensemble du groupe socialiste régional, composé de 28 élus , me semble-t-il. : » voilà il nous faut garder la région et il n’y a qu’une solution, discuter avec le FN afin d’obtenir pour le moins, son abstention » Il y a un gros malaise dans la salle et chacun s’observe éberlués pour la plupart et  la « bronca » monte. Il en est un qui tente de « reprendre la  main » et qui explique : » vous n’êtes pas ici en réunion de section, quand on est élu il faut mettre la main dans la « merde ». Deux groupes se dessinent et une majorité férocement opposée le fait savoir rudement mais il y a une forte minorité, suiviste et «  légitimiste » qui hésitante tente d’expliquer l’inexplicable et l’affrontement sera rude. Ceux qui avait de l’honneur étaient traités d’archaïques et de rigides, condamnés à rester minoritaires. Le duel sempiternel des « modernes contre les anciens ». Au début cette majorité n’était pas aussi évidente que cela pourrait paraître dans un Parti de gauche qui se voulait encore socialiste et sur les terres de Jean Jaurès. Les trois élus socialistes des Hautes-Pyrénées se dressent intransigeants et violemment contre cette ignominie, Pierre Cohen se lève, digne, avec Lydie Dupuy, Segond  de Carmaux, Duphil, Denart de Luchon et d’autres. En apprenant les événements Martin Malvy est consterné. Et puis comme la question était repoussée, le calme revenu, Pierre Forgues ‘député des Hautes-Pyrénées se lève et pose la question suivante : » Cette rencontre devait-elle avoir lieu ou à-t-elle eu lieu, car je crains fort , selon la forme de la question, que nous sommes devant le fait accompli. Alors il vous faut tout dire et j’exige dans ce cas des explications car nous ne pouvons en rester là. ». Non , non, la question n’était qu’un préalable. Bien. Jusque là tout est en interne, rien ne transpire mais le malaise est visible partout. 
                            Parallèlement une intervention est prévue, dans le cas ou Dominique Baudis accepterait les voix du FN . Les trois élus des Hautes-Pyrénées se consultent et l’un d’eux interviendra, d’autres  élus et pour cause   n‘éprouvent le besoin d’une telle démarche, sans pour autant la réprouver.
                            Le jour de l’Assemblée Plénière, l’élection du Président figure sur l’ordre du jour. Première demi-surprise, deux ou trois élus du groupe MRG votent pour Baudis et en sont remerciés en suivant par l’attribution de « postes » et sans surprise le FN apporte naturellement son concours au candidat de la droite. Comme convenu un socialiste demande la parole et dénonce  la collusion du Président avec  l’extrême droite. La réponse de Dominique Baudis est cinglante : »……Monsieur,..comment …ah oui ; je n’avais pas le déplaisir de vous connaître ». Et il enchaîne son propos en expliquant clairement la démarche de socialistes auprès du FN et la réunion qui s’ensuivit dans un restaurant de Colomiers en citant les noms des deux délégations et l’objet de la rencontre, qui n’était pas à la gloire du PS. LES représentants de l’extrême droite confirment les déclarations du Président, par la bouche de Bernard Antony,  connu également sous le pseudonyme de Romain Marie.
                            Cela ne fit pas grand bruit dans les « médias », le premier secrétaire de la fédération du PS de la Haute-Garonne dut démissionner et ce fut la cause essentielle de l’arrivée de Lionel Jospin à Cintegabelle.
                            Les directions n’ont pas toujours raison et la fin ne justifie pas les moyens et il y a toujours ceux qui se lèvent et ceux qui restent assis. ON ne demande jamais au troupeau de penser mais de suivre et les chiens sont là , ils veillent. Il nous appartient de lier la pratique aux principes et non pas l’inverse. Et quand il n’y a plus de principes…… ?
                             

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents