Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Besson, mais qui donc l’a fait Roi ?

Publié par pierre sur 20 Janvier 2010, 00:21am

Catégories : #parti socialiste


                              Je lisais avec amusement les commentaires, ici et là de militants et de responsables du PS sur la « trahison » de Monsieur Besson. A propos de Bockel et Kouchner, il y a moins de commentaires et ils sont surtout moins acerbes. Pourtant il faut bien se douter qu’aucun de ces personnages n’a adhéré au PS pour coller des affiches, pas plus que pour distribuer des tracts. Ils sont rapidement cooptés comme dans n’importe quelle organisation qui pratique l’élitisme bourgeois. Jean Marie Bockel n’a jamais fait mystère de son néo libéralisme, à tous les Congrès en rédigeant ses propres textes. Il a toujours été pour le maintien du système capitaliste et quelle différence y a t il entre une néo libéral de droite et un de gauche, puisque par définition celui qui est favorable au capitalisme est de droite. C’est clair, pourtant, il fusionnait avec qui voulait bien, et toujours avec l’aile droite et la direction en place du PS. L’aile droite et donc des dizaines de milliers de « militants » l’ont fait « Duc ». Il était de droite et gare à ceux qui le dénonçait, les sicaires locaux sortaient les dagues de l’invective. N’en déplaise Jean Marie Bockel a rejoint son camp, celui auquel il a toujours appartenu, avec des gages en plus et la notoriété qui sied au grand Duc .
                            Besson n’est pas venu changer le monde, la vie, ni  la société . Il fait parti de ces aventuriers de la politique , au service de ses propres intérêts. Le socialisme , la classe ouvrière, ne sont pour lui que de la rhétorique à usage interne et cela se voyait comme le nez sur la figure. Il n’est pas besoin d’être un fin politologue pour le comprendre ,la lecture de ses textes y suffisait largement, lui le besogneux scripte de motions de la majorité en place. Oui de la majorité et non pas d’une quelconque minorité qui ne nourrit pas son homme ou son militant. C’était un homme clé, à tel point que Ségolène Royal le choisit. Présenté comme un brillantissime socialiste puisqu’il a sa carte en poche, la majorité des militants le font Roi et cet homme de droite trône à la direction du PS avec d’autres. Quel pauvre discernement politique et quelle misère de la pensé . Enfin ils nous le présentent comme étant de gauche et socialiste de surcroît et Patatrack en moins de 24 h il est dépeint par ceux qui l’adulaient comme un affreux réactionnaire, ce que nous savions depuis longtemps. Ce qui est affreux et puéril à la fois, c’est tant de niaiserie politique et en si grande quantité par autant de « militants » qui se prétendent au fait de la chose politique et sociale , digne du lumpen prolétariat. Il a changé de carte , pas d’idées, il a changé de crémerie.
                            La charge est lourde contre Besson de la part de ses ex camarades. Sur ce même Blog, nous avions traité le sujet des néos, à plusieurs reprises. Nous avions tout au début reçu une volée de bois vert en qualifiant entre autres ,Besson encore PS, de néo. Ils reprennent l’argument à leur compte sans aucune difficulté. Oui mais voilà, il n’est pas le seul néo, venu en néo, d’autres le sont devenus. Des néos , il y a ceux qui sont partis et ceux qui restent et ils sont Rois, tout comme Besson sauf qu’il n’ont plus le même sigle sur la carte. Je me souviens encore de « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde ! » en filigrane de l’identité nationale et du retour au pays. Permettez moi d’ajouter à ce propos qu’il n’est jamais jeté à la face de gros « investisseurs » « on ne peut pas accueillir tous les riches du monde ! ». Ils n’ont pas de problème d’identité ces gens là, et qui leur parle d’intégration.
                           Les néos  (socialistes), par définition, sont ceux qui épousent l’idéologie dominante bourgeoise de leurs époques respectives, ça fait du monde à la direction et dans les rangs du PS. Les premiers néos se caractérisent par leur rejet de toute référence marxiste et à l’abandon de la notion de lutte des classes, qu’ils nient , comme la nature de classe du Parti. Ils opposent l’Ordre et la Nation et le consensus entre classes. Parmi ces précurseurs il y avait , Marcel Déat, Montagnon, Marquet et ensuite Paul Faure secrétaire général de la SFIO. La plupart des parlementaires furent exclus en 1944 et 45.
                           Besson ne finit pas dans le national catholicisme de Pétain mais il y a des ressemblances avec l’ultra libéralisme. Les autres néos, ceux de l’intérieur, les néos libéraux ou sociaux libéraux sont certainement plus proches de lui que du socialisme. Besson , Bockel, Kouchner , ne sont que les illustrations d’une dérive politique évidente. Si vous n’aviez pas fait Besson Roi, Sarkozy ne serait pas venu le chercher.

Commenter cet article

Espinoza 20/01/2010 11:18








Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents