Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


L’illusion démocratique.

Publié par pierre sur 11 Août 2011, 01:40am

Catégories : #histoire et idées

 
                            La démocratie bourgeoise est le système le mieux adapté afin de maintenir la classe dominante et la prospérité de ses intérêts. L’un n’allant pas sans l’autre. Il est pourtant des pays tout aussi capitalistes que ceux où existe le droit de vote et le droit d’expression, qui ne sont que de violentes dictatures. Le minima démocratique que représente la démocratie bourgeoise, toutefois appréciable, n’est pas le fruit du hasard ni de la bonne volonté de la  grande bourgeoisie. C’est le produit du rapport de force face à un mouvement ouvrier naissant mais organisé et au déterminisme de ses organisations mais également des rapports internes de la bourgeoisie elle même avec ses éléments les plus « éclairés ». Il y avait une bourgeoisie républicaine, « moderne » qui avait bien compris cette nécessité que représente la démocratie pour préserver et développer ses intérêts de classe, en intéressant les travailleurs à leur propre exploitation. On ne peut nier également l’aspiration à mieux vivre, à plus de justice et ce que Jaurès désignait comme étant « l’Idéalisme dans l’Histoire », issu en France des « Lumières ». l’idéalisme historique, n’est pas en opposition avec le matérialisme de Marx, tant tout est affaire de rapport des forces, dont le moteur est la lutte des classes.
                              La démocratie bourgeoise est une démocratie qui au nom de son principe peut décider la dictature, qui selon la bourgeoisie est la décision du peuple souverain. Sauf que toute dictature qui s’impose par un processus démocratique est la seule volonté de la classe dirigeante et selon ses intérêts. Par contre toute décision majoritaire exprimée démocratiquement, qui remet en cause l’existence du système capitaliste ou qui simplement l’oblige au partage minimum, est combattue par les capitalistes y compris par la violence sous prétexte de rétablir la démocratie , la sienne. Elle ne supporte pas que sa domination économique , politique , intellectuelle et culturelle lui soit disputée. La démocratie bourgeoise ne garde son caractère « démocratique » que si son système n’est pas en danger et avoir parfois quelques  largesses « sociètales ». Alors pour certains pays dominés par une classe dominante sans contradictions ou en ayant terminé depuis longtemps avec la concurrence dans leur propre classe, pourquoi s’embarrasser d’un système « lourd et coûteux » que n’exige qu’une faible minorité consciente (mais qui évolue rapidement). Les masses restant aliénées sous l’emprise religieuse. Le gouvernement de Dieu, des prophètes à partir de leurs écritures et des textes saints, ont bon dos, mais tant que des cons y croient, les coquins en profitent.
                              Ces régimes dictatoriaux, c’est bien le capitalisme. L’Allemagne nazie, l’Italie fasciste, l’Espagne de Franco, le Portugal de Salazar, la Grèce des colonels, le Chili de Pinochet, toutes ces dictatures ont eu le capitalisme comme système économique et quelques uns ont eu droit aux douceurs des cachots et de la torture, justement parce qu’ils remettaient en cause le système dominant. L’Allemagne et l’Italie, auraient donc démocratiquement opté pour la dictature. La bourgeoisie ne fait que des coups d’Etat « démocratiques » elle , par urnes ou par armes interposées. La violence selon elle n’est que le fait des prolos braillards et de leurs meneurs
                            Face à ce type d’expression, il y a ceux qui vont se précipiter pour nous renvoyer ou nous jeter à la face  les dictatures staliniennes . Autres « démocraties populaires » qui n’en avaient que le nom et dont le système économique est le capitalisme d’Etat, or c’est bien le système économique qui caractérise la nature d’une société. De ce point de vue nous ne pouvons que renvoyer à nos références, celles qui ont fait leur preuve à l’épreuve des faits et de l’histoire sous la plume d’Andreu Nin, sur le stalinisme et la nature de l’URSS, dirigeant du POUM (Parti Ouvrier d’unification marxiste) ou encore des trostkystes espagnols sur  la question de la défense inconditionnelle et du Pays ouvrier dégénéré. Il suffisait d’écouter et pas seulement eux , les libertaires ont passé leur temps à expliquer  mais les médias ne prêtent qu’aux riches et font le travail qui est exigé par la classe qui les possèdent. Que les capitalistes se rassurent, heureusement qu’ils ont eu Staline, son armée et sa police, il a été le plus sur de leurs remparts et la social démocratie n’est pas en reste. Ah ! il reste la Chine, capitaliste bien sur à en faire rêver nos « démocratie » occidentales . Pays vers lequel se précipitent les plus grands capitalistes de la terre, ceux qui nous bassinent avec les droits de l’homme quand ils sont touchés, comme en 17 et qui ne font fortune parce que justement il n’y a pas de droits de l’homme , de la femme , du travailleur.
                       L’ordre établi se maintient selon les conditions, avec plus ou moins d’autorité et selon le rapport des forces qui lui est opposé et imposé. Il ne cède rien, tout doit être arraché, du droit d’expression au droit d’organisation et une seule condition de ne pas remettre en cause sa position dominante. Les changements de société se font toujours dans la douleur. Les milliards de milliards ne changent pas de main par un simple bulletin de vote, il faut y allier colonnes et divisions.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents