Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


la machine à perdre est-elle en route ?

Publié par marx sur 11 Avril 2010, 16:43pm

Catégories : #parti socialiste


 
  Un technocrate du système qui impose des cures d’austérité aux pays en difficulté.   Une madone blanche qu’un coup de soleil chilien lui fit croire qu’un jour, elle pourrait accéder à une fonction suprême et passe son temps à organiser  des coups de  « com » .
     Des sicaires qui ont adhéré par pur opportunisme et ne rêvent que de démolir au bulldozer la « vieille maison ». Enfin, quelques centristes mous qui n’ont comme les autres à l’esprit que d’augmenter la durée des retraites. Les futurs participants de la  prochaine télé réalité politique risquent bien de décevoir les électeurs...
Il semble qu’ils  n‘ont rien appris, ni rien compris des leçons de la crise actuelle…
Au contraire, ils préfèrent s’entêter dans une logique qui a  déjà creusée la tombe de la gauche dans d’autres pays européens.
La gauche peut par rejet du sarkozisme l’emporter , mais s’entêter dans une voix néolibérale aura des conséquences graves à plus long terme. C’est ce que nous a montré l’exemple italien.  Une « gauche » très libérale et une gauche radicale s’opposent. l’une à une ligne politique suicidaire, l’autre n’en profite pas, les électeurs préférant l’abstention.


Que ce soit dans l’acceptation pure ou la volonté d’accompagnement du néolibéralisme,  le PS socialiste est devenu tellement pluriel dans ses lignes qu’il est désormais un géant au pieds d’argile.

Commenter cet article

Bernard Gilleron 11/04/2010 17:31



Les camarades liront avec intérêt l'interview du "sage actif", dont l'objectif est de "gouverner"(dernier mot de son interview)


Oh bien sûr il concède que "l'idéologie n'est pas un gros mot"(et il se trompe lourdement sur les termes: c'est la Théorie qui doit nous guider, l'idéologie est par définition un salmigondis de
croyances non scientifiques).


Moyennant quoi il oublie allègrement toute référence aux fondateurs du Socialisme internationnal et français: Marx et Jaurès. Ce qui permet de vanter l'expérience passée au pouvoir: dans une
ligne empirique et pragmatique, "l'expérience" est un plus incontestable.


http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Fabius-Evitons-la-pensee-magique-185257/


Se déchirer entre nous, ça serait suicidaire: si Hollande et Royal font hurler de rire tous les "politistes" sérieux, Le Parti Socialiste est aux mains d'une coalition au sein de laquelle, les
partisans d'un vrai changement de système, doivent discuter pied à pied, non les "valeurs", mais l'objectif de changement de système. Chaque avancée se fera sur des compromis,en évitant les
compromissions.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents