Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Le PS coince.

Publié par pierre sur 7 Avril 2009, 17:32pm

                  
                                 Ca coince au PS  les blocs rivaux sont toujours présents et les militants sont toujours plus perplexes. Le message de la direction est floue, tiraillée entre ses propos et ses pratiques sociales libérales que vient contredire la crise. De la « Déclaration de Principes » au dernier congrès , tout est contrarié. Le verbe se « gauchise » par opportunisme mais on sent bien qu'il n'y a pas les convictions nécessaires pour le faire passer. Du coup il n'y a pas le face à face UMP PS, les positions se ressemblent trop dans le fond avec un lien commun, la mise en application du Traité de Lisbonne qui tient pour fil directeur. C'est leur marge politique commune et si l'UMP n'avait pas le choix, le PS a choisi au travers de sa direction. L'Europe actuelle ' c'est le Traité , droite et PSE confondus et rien ne sépare deux visions néo libérales de son devenir toujours néo libéral et l'élection de juin pourrait parfaitement se réduire à un concours sur titre pour désigner le meilleur gestionnaire du même système. Au projet actuel, la seule opposition fondamentale vient d'ailleurs et elle rompt le ronronnement habituel depuis le vote du Traité. Jean Luc Mélenchon devient l'opposant et c'est lui qui se retrouve face à la droite en opposition frontale. Il devient la nouvelle alternative face au néo libéralisme et la crise donne du crédit à sa position de toujours, « la rupture ». Cette crise , dont les premiers surpris sont au PS. Ils ne l'ont pas vue venir tant ils avaient rejeté les instruments qui auraient permis de déceler son avènement. Aussi surpris que la droite avec qui ils partagent une préoccupation commune, maintenir le système capitaliste, horizon indépassable. Horizon indépassable et de plus ils se proposent de le conforter, quitte à fournir les pansements qui iront avec en guise de politique sociale. Les pansements c'est ce dont on se sert après que le mal soit fait.
                                Il y a ceux qui veulent aller plus loin et qui ont renié le socialisme et toute idée de transformation et qui attendent un échec aux européennes pour l'attribuer au « trop à gauche » afin de se confondre définitivement en un UMPS.
                                Ca coince dans un Parti qui rassemble un éventail aussi disparate politiquement et presque aussi large que la représentation politique nationale, avec la chose et son contraire. Quel projet politique peut présenter le PS au niveau européen qui ne soit en accord avec le Traité qu'il a adopté, à moins de singulières contorsions à usage électoral et électoraliste. Comment modifier l'Europe actuelle dans le cadre du même Traité qui accélère le processus de libéralisation de l'économie, sans remettre en cause le Traité. Or la plupart et la majorité des dirigeants actuels du PS sont de farouches partisans du Traité et des contre réformes qui en découlent en France. Sinon pourquoi ne pas les remettre en cause et proposer de nationaliser tout ce qui fut privatisé . Il ne suffit d'être présent dans les cortèges ceints de l'écharpe tricolore, comme par un passé récent , pour défendre la Poste, les Télécom, EDF, GDF, GIAT, AIR France, les retraites, la Santé, la sécu et ensuite ne rien faire au pouvoir, et pire privatiser, comme la droite, après avoir affirmé le contraire quelques mois ou semaines avant. Promettre et puis suivre les mêmes politiques que celles impulsées par la droite, notamment en ce qui concerne les politiques de santé et de protection sociale. Maintenant , ça coince et le PS n'est plus perçu comme la force capable de faire face au néo libéralisme et les citoyens de gauche s'organisent ailleurs. De ce point de vue, la plus grande confusion encore pour le PS serait que le PG de Mélenchon s'intitule et en toute légitimité le Parti Socialiste de Gauche reprenant ainsi l'héritage que n'a pas su garder ou ne veut plus le PS actuel et le plus souvent rejeté d'ailleurs mais particulièrement présent dans le conscient ou le subconscient de nombreux électeurs. Aucune scission n'a abouti , c'est vrai, jusqu'à présent mais rien n'est jamais définitif. Les scissions de la SFIO n'ont pas abouti et le PS n'est pas la SFIO, il n'a pas le même contenu politique et idéologique et sa filiation est très largement modifiée. La SFIO  tenait à ce que le PS a rejeté et ses dirigeants avaient une autre envergure , dans un Parti populaire. La SFIO pouvait puiser dans ses racines et le PS les a coupées. Les époques, les conditions et les contenus politiques sont différents, la situation de la gauche elle même est différente. D'accord ou pas avec tout cela, chacun sent bien et voit que ça coince au PS, il y a un gros malaise et les certitudes « libérales » ne sont plus de mise, le doute est installé et risque de s'aggraver jusqu'à 2012 et le PG en attendant de devenir PSG comptera pour cette échéance et a plus forte raison si le Front de Gauche se maintient jusque là. Il faudra y compter et c'est une raison de plus pour que ça coince encore PS

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents