Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Royal, est-elle socialiste ?

Publié par pierre sur 19 Novembre 2008, 19:06pm

Catégories : #parti socialiste

                       
                             Ségolène Royal , de toute évidence, n'est pas socialiste. Ce n'est pas là, défoncer des portes ouvertes, cela n'échappe pas aux militants ni aux observateurs avertis, certes mais l'illusion reste pour les « fans » de feuilletons à l'eau de rose. Madame fait dans le religieux avec compassion et ses traits n'en sont pas moins acérés pour autant. Nous avons eu droit à « l'ordre juste » avec « aimez vous les uns les autres »  et « salariés patrons même destin avec le gagnant gagnant » .  Bref «  Rerum Novarum » à épisodes d'une idéologie armée pour combattre le socialisme. Elle sombre dans la vieille apologie de la charité chrétienne pour laquelle il faut qu'il y ait des riches pour faire l'aumône aux pauvres et méritants travailleurs. Il ne manque plus que les valeurs des corporations à l'esprit de corps et au travail rédempteur. Un discours digne d'un Albert de Mun des temps modernes, tellement ressemblant à celui et actuel de madame Royal. Celle ci n'hésite pas à reprendre les mots et les arguments qui furent ceux des plus violents anti socialistes de la fin du dix neuvième et début du Vingtième siècle. L'obscurantisme n'est pas mort ou Ségolène l'a ressuscité pèle mêle de Thomas d'Aquin à Primo de Rivera. C'est la fantastique revanche des néos avec la reprise de la politique sociale qu'ils impulsèrent au sein du fascisme et qui n'est autre que la doctrine sociale de l'église avec son point d'orgue avec le national catholicisme. La version modernisé de « travail famille patrie » en passe de l'emporter à l'issu d'un congrès du PS, c'est bel et bien la revanche de la minorité exclue du congrès SFIO de 1933 .
                                         L'idéologie dominante est celle du néo conservatisme actuel avec sa conception anti républicaine qui ressemble étrangement aux conservatismes précédents et plus particulièrement à ce que furent le pétainisme et le national catholicisme. S'abandonner à l'une c'est forcément céder aux autres et le combat idéologique que propose Madame Royal n'est pas celui auquel sont en droit de s'attendre des socialistes. Elle n'est pas seule en cause, les directions précédentes ont fait le lit douillet  dans lequel se vautre l'idéologie dominante  dont la logique est poussée à  l'extrème par Ségolène et le cadre de la Véme république a bon dos quand il ne s'agit que d'alterner le personnel politique pour poursuivre un même système. Les mots changent, les maux restent. C'est la course au plus libéral en faisant croire l'inverse et les dirigeants du PS coulent le socialisme en lui opposant la plus vieille des idéologies réactionnaire qui transpire à grosses gouttes de la « déclaration de principes ». Le révisionnisme de « Bernstein » fait figure de révolutionnaire comparé au discours actuel et il y a belle lurette que la démocratie chrétienne n'ose plus tenir ce type de propos, depuis 1944 et la fin du capitalisme « national ».
                                         C'est la fin du socialisme nous dit-on, ceux qui préparent ses funérailles sans disposer du cadavre. « Le socialisme est mort et on ne parle plus de socialisme et on fait bien ! ». Cette phrase a plus d'un siècle et d'autres la répètent de nos jours comme pour s'en persuader et dans le même état d'esprit et les mêmes dispositions que celui qui en détient la paternité.
                                      Il n'y a plus de classes sociales, ni d'antagonismes, place à la collaboration dans l'entreprise dans un même destin  d'intérêts ni d'égalité remplacé par l'équité ni de transformation sociale mais la régulation et l'adoucissement du système, pas de justice sociale mais la charité. L'inverse du socialisme et la remise en cause des fondements républicains et l'antithèse à peine voilée de la loi de 1905. Ségolène Royal n'est pas socialiste et pas davantage la direction sortante, elle a le mérite de l'affirmer clairement. Si d'aventure elle devait l'emporter, Manuel Valls aura tout loisir pour rebaptiser le PS en attendant que dieu bénisse la France.
                                      Il est tout aussi curieux que l'appel et les références aux ancêtres et plus on s'éloigne du socialisme, plus ils sont cités, Victor Hugo qui déchaîna contre lui les violentes passions cléricales bien qu'il ne fut jamais membre du PS, Jaurès que les mêmes cléricaux veulent « coller au mur » et décorer celui qui ferait œuvre de salubrité publique en lui collant le plomb qui lui manque dans la tête. Le très catholique Comte Albert De Mun lui oppose « l'ordre juste » à « son socialisme » et les sanctions pour l'empêcher de nuire. Tous ces tenants du « catholicisme social » sont aujourd'hui les références idéologiques de madame Royal et elle peut les prolonger avec Gustave Hérvé, Renaudel et Paul Faure pour puiser dans le sérail et les néos eussent applaudi ses discours qui ne sont pas ceux d'une socialiste.
                                    Nous avions déjà situé politiquement Ségolène Royal dans nos colonnes comme adepte de la doctrine sociale de l'église. A la suite du congrès de Reims, l'essentiel des médias politiques en conviennent  mais comme on peut s'en douter nous n'y sommes pour rien. Puisque les grands médias le disent, les adhérents du PS sont informés et s'ils font l'effort de relire la « Déclaration de Principe » ils y trouveront la confirmation que le « phénomène » n'est pas nouveau et que le PS est aujourd'hui placé dans le cadre de cette logique. Les batailles que l'on est sur de perdre sont celles que l'on n'a pas voulu ou pas su mener.
                                    Pour nous, Royal, ni maintenant ni demain , pas plus qu'en 2012


Commenter cet article

marx 22/11/2008 10:18

si vous êtes idolatre c'est votre choix nous nous faisons de la poltique et pas de l'hagiographie permanente
Ségolène est certes une fine politique mais elle défends des idées inqualifiable et c'est ce qui nous a fait perdre en 2007.
allez avec la droite ( modem) c'est socialiste?

delavant 21/11/2008 01:05

Vous êtes fatiguant à faire de l'anti-royalisme primaire, vous allez dans le sens du TSS en faisant celà.
Royal n'est pas parfaite, elle fait et dit des conneries comme tout le monde, essayez donc d'être objectif. Benoît et Martine aussi sont des élements de qualités. 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents