Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Les tueurs de l'Hôpital public.

Publié par pierre sur 28 Décembre 2008, 12:22pm

Catégories : #FRANCE

                                  
                                      Pour que le service public ne puisse pas fonctionner, il suffit de ne pas lui en donner les moyens et ainsi justifier sa privatisation partielle ou totale. La privatisation ou la mixité privé-public, c'est pour les secteurs et les services rentables. Gériatrie, Gérontologie et tout ce qui traite du grand âge ainsi que les services de moyen et long séjour reste généralement dans le secteur public ou mutuel et pour cause « ça ne rapporte pas ».
                                    Moins de moyens et moins de personnel, c'est une constatation sur l'ensemble du secteur hospitalier public, avec toujours plus de contraintes et de missions. Les faits illustrent cette pénurie en personnel comme nous l'avons déjà relaté à plusieurs reprises mais depuis la situation est bien plus grave. De plus en plus de salariés se voient contraints de travailler, gratuitement, pour rien. Les heures supplémentaires ne sont pas payées et la plupart ne peuvent pas récupérer les heures et les journées qui leur sont dues. Dès le début du mois de novembre certains employés ont accompli un mois de travail de plus et à la demande de leur hiérarchie, sans retour et il n'est pas question de payer ce temps de travail, ni de le récupérer. Le personnel  en congé est utilisé au jour le jour et rappelé par téléphone quelques heures avant ou juste avant la prise de service. Parfois c'est la famille qui est contactée afin de joindre la salarié hors de son domicile , à qui l'on doit déjà plusieurs jours de repos. Ce système est généralisé et l'exception est devenue la règle. Pour se prémunir, la plupart débranchent le combiné ou ne décrochent pas. La tension est forte dans un grand nombre d'établissements hospitaliers publics et certains ont vu leurs effectifs baisser de plus de 15% en quelques années. Des contractuels ne sont plus reconduits et les rares recrutements se font souvent sur des contrats de droit privé. L'hôpital des pauvres revient et la médecine à deux vitesses est déjà la réalité. Consultations et actes en privé sont obtenus au bout de quelques jours et en public cela peut prendre des mois d'attente.
                                  Les conditions de travail se dégradent et le harcèlement au travail est devenu courant. Il n'y a plus  la sérénité nécessaire pour des soins de qualité et c'est bien grâce aux efforts et souvent aux sacrifices des personnels qu'il n'y a pas davantage d'incidents. Le modèle anglo-saxon est progressivement imposé par les différentes politiques de santé depuis une quinzaine d'années. La démolition de l'hôpital public est programmé et le personnel devient le « bouc émissaire ». A quand le STO néo libéral, puisque le travail gratuit est imposé partiellement. « La concurrence libre et non faussée » tire les soins vers le bas pour les moins riches. Il n'y a pas égalité ni dans la santé ni dans les soins, selon la classe sociale, malade et soignant. La lutte des classes est imposée même sur le minimum vital. Les tueurs d'Hôpitaux gouvernent.


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents