Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

socialiste de gauche 65

socialiste de gauche 65

"socialiste de gauche", n'est pas un site officiel ! Il rassemble des militants, de simples citoyens de divers horizons qui adhérent aux principes du socialisme. les textes publiés, n'engagent que leurs auteurs et non le PS ou tout autre parti.


Les clowns pathétiques.

Publié par pierre sur 26 Juillet 2009, 13:13pm

Catégories : #FRANCE

                  
                               Ils se produisent sur la scène politique. La plupart ont arpenté tout l'échiquier pour « évoluer » d'un bord à l'autre avec le même aplomb et les mêmes certitudes, de la révolution à la réaction. Ils assènent leurs vérités sans complexes et surtout sans mémoire. Ils sont capables d'affirmer la chose et sont contraire à quelques années d'intervalle. Certes on peut changer, évoluer ; ce qui n'est pas condamnable. Ce qui l'est , c'est pourquoi, la raison essentielle qui pousse jusqu'au reniement en faisant croire le contraire. Quel aplomb ce Cohn Bendit malgré sa trajectoire, jouissant de sa réputation de révolutionnaire pour n'être qu'un vulgaire libéral tout à fait banal  avec une gouaille en guise d'idées nouvelles. Rien de nouveau qui ne soit éculé et aussi vieux que la pensée dominante que celle qui consiste à se mettre au service du système capitaliste. Tu parles d'une innovation, Gustave Hervé est né avant lui et il a fait de toute évidence des émules.
                            Rocard, Valls, Val, Kouchner, Besson, Bockel, Dray, Moscovici, DSK, Lamy, Peillon , Montebourg et tant d'autres, d'horizons différents, ont un point commun, ils ne sont pas socialistes et expliquent ce que doit être le socialisme moderne, la gauche moderne, ce qu'ils ne sont pas. Non pas modernes, socialistes et pas d'avantage de gauche. Ils se proposent au contraire, de l'enterrer et la gauche avec. Ils veulent gérer le système dont ils sont les partisans, le capitalisme. Ils en sont des défenseurs zélés et ils le font savoir aidés par des médias particulièrement complaisants. Ils jouent le rôle des modernes , inventeurs d'idées nouvelles aussi vieilles que la collaboration de classe, qui aux yeux de la bourgeoisie devient une grande vertu. Elle la donne en exemple avec les bons « socialistes », les réalistes, les pragmatiques, enfin les « socialistes modernes », responsables eux. En face se trouvent forcément, les irresponsables peu recommandables, les archaïques, les rêveurs , les socialistes qui veulent construire le socialisme. Les bons socialistes pour la bourgeoisie sont ceux qui le combattent tout en se revendiquant du socialisme moderne. Les valets sont à la mode et ils donnent des gages aux maîtres et non l'inverse. La bourgeoisie aime recevoir, ils donnent avec la véhémence habituelle de la petite bourgeoisie qui veut singer la grande ou qui aspire à le devenir.
                              Ils sont contre les socialisations, ce qui est un comble pour des « socialistes », opposés aux nationalisations et remettent en cause le compromis issu de la Résistance. Ils ont les mêmes positions que la droite en matière de retraites, de protection sociale, de santé, d'éducation. Que leur reste-t-il de socialiste à part l'étiquette, qui gratte quelque part, dont Manuel Valls ne veut plus. Il lui reste au moins l'honnêteté de le dire conformément à ses idées, puisque à l'évidence la doctrine sociale de l'église n'est et n'a jamais été le socialisme.
                             Ils sont pathétiques en fellateurs zélés du système devant l'os que pourrait bien leur concéder la classe dominante et sa reconnaissance envers ceux qui la servent. Ils ont toute l'admiration du « Lumpen prolétariat », c'est leur classe ouvrière à eux, celle qui applaudit au cirque politique les bouffons qui sont ses héros. Les clowns pathétiques font le spectacle, c'est ce que retiendra l'histoire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents